POLITIQUE

Législatives 2023 : La CENA discute de la question avec les partis politiques

La rencontre du mardi 14 juin 2022 de la commission électorale nationale autonome (CENA) avec les Partis politiques partis pour le prochain scrutin législatif de 2023, a porté ses fruits. Point principal d’échanges des deux parties, les législatives à venir.

Les Partis politiques n’ont aucune crainte à avoir, pas de peur. Le président du conseil électoral, Sacca Lafia, a apaisé et rassuré ses interlocuteurs parties à ce scrutin en garantissant une organisation juste et limpide de cette grande compétition qui décidera de l’avenir Parlementaire de la 9e législature. Pour Sacca Lafia, la CENA se battra pour l’intérêt général du pays, à vaincre tout obstacle ou peau de banane sur son chemin, pour offrir au Bénin au soir du 08 janvier 2023, une élection parfaite.

Or, après tout, ces des hommes qui seront à la manœuvre pour l’organisation de ces législatives et en tant que être humain et non, être Robot, il peut relever des doutes sur sa nature. Les membres faisant partie de l’organe chargé d’organiser ces élections sont des êtres humains et ont des intérêts, a commencer par son président, qui, de surcroît, est un membre d’un des partis soutenant le régime en place et figure dans l’organe d’organisation.

LNB

À cette préoccupation, Sacca Lafia répond que tous autant que nous sommes, avions personnellement nos intérêts, y compris lui aussi. Les autres membres ont les leurs. Toute la portée de cette divergence d’intérêts et qui est très normal, selon le président du conseil électoral, c’est que les intérêts individualisés ne pourront jamais surplanter l’intérêt général. C’est la somme de ces intérêts individuels qui qui n’auront pas de choix que d’accoucher et faire naître l’intérêt au dessus des individualités et qui forme ce que nous appelons intérêt général.

Aussi, même si en tant qu’acteur politique, il avait des désirs à faire passer, ça ne marcherait pas puisqu’il n’a pas la primeur de décision en tant que président du conseil électoral. Il ne peut décider lui seul et << celui qui doit essayer de faire en sorte que tout se passe bien est le Directeur général des élections (Dge) >>. Pour faire taire cette préoccupation soulevée et qui n’a pas de raison d’être, selon le Sacca Lafia, il va répondre en disant que c’est justement parce qu’il a des intérêts que ces derniers vont se heurter avec ceux des autres membres pour que ses intérêts à lui ne puissent être considérés au détriment de l’ensemble des intérêts du groupe. << Le président n’a pas une voix prépondérante pour s’imposer à tous ceux qui sont au conseil électoral et à la CENA >>, a-t-il ajouté.

Aristocrate Goussikindé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité