A LA UNEAFRIQUEBéninPOLITIQUE

12ème Assemblée Générale Ordinaire du RAFPRO à Cotonou: Les effets de la crise de la Covid-19 sur les Institutions et Fonds au cœur de la rencontre

Le Bénin accueille du 16 au 18 juin 2021, la 12ème Assemblée Générale Ordinaire du Réseau Africain des Institutions et Fonds de Formation Professionnelle (RAFPRO).
Cette édition qui devrait se tenir dans l’année 2020 après celle de Ouagadougou, au Burkina-Faso, en 2019, a dû être reportée à cause de la pandémie de la Covid-19. Maintenant que cette crise baisse un peu en intensité, les membres ont choisi se retrouver à Cotonou, siège social du RAFPRO pour relancer les activités du Réseau et remobiliser les membres autour des défis majeurs de leur mission que sont l’amélioration de la qualité des ressources humaines des entreprises des secteurs formel et informel et l’exploitation du dividende démographique au service de la croissance économique par la formation et l’insertion des jeunes.
La cérémonie d’ouverture de cette 12ème Assemblée Générale Ordinaire s’est déroulée à Azalaï Hôtel de la plage à Cotonou, sous la présidence du Directeur de Cabinet du Ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, M. Garba AYOUBA, Représentant le Ministre Kouaro Yves CHABI. Cette Assemblée Générale s’annonce particulièrement riche, selon le Président d’honneur, M. Pierre Henri COFFI, car elle comporte parmi les activités statutaires d’approbation des rapports et de validation des comptes actuels et prévisionnels, des élections en vue du renouvellement du Bureau.
Dans son allocution, le Président en exercice du RAFPRO, M. Abdoul Djerma LAWAL, a fait remarquer que le Réseau “a particulièrement suivi la situation au niveau des Institutions et Fonds amenés de force par la crise à adopter le travail à temps partiel, le télétravail ou l’arrêt des activités par la fermeture des bureaux”.
Pour ce faire, le RAFPRO s’est proposé d’analyser les conséquences de la pandémie sur les activités des Institutions et Fonds de Formation et de réfléchir sur les solutions de sortie de crise. Ainsi, l’atelier de validation de l’étude sur les effets de la crise de la Covid-19 sur les Institutions et Fonds et les pistes de relance de leurs activités constitue la 1ère étape de cette rencontre qui durera trois jours à Cotonou.
Au cours de cette Assemblée Générale, il sera examiné aux fins d’adoption, les rapports de gestion des années 2019 et 2020 ainsi que le plan d’action et le budget 2021. De même, il sera passé en revue, les questions diverses pour finir par le renouvellement du Bureau Exécutif, lequel conduira les activités du Réseau au cours des trois prochaines années.
Dans son discours d’ouverture, le Représentant du Ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, M. Garba AYOUBA a rappelé que la propagation de la pandémie de la Covid-19 a engendré de sérieuses perturbations dans l’exécution des activités. Cette situation a contraint les pays à trouver des solutions quasi-immédiates à une diversité de problématiques. Tous les aspects de protection sociale, notamment l’employabilité des jeunes, la formation et l’insertion professionnelle ainsi que la gestion de la carrière des ressources humaines sont fortement ébranlés.
<<Que faire face à la situation? Comment saisir les opportunités de la reprise des activités au niveau des administrations, des institutions et Fonds de Formation Professionnelle?>> sont quelques questions parmi tant d’autres que s’est posé M. Garba AYOUBA. Il apparaît après analyse que la crise sanitaire porte atteinte au fonctionnement des Institutions et Fonds de Formation et à la confiance qu’ont les agents dans les paradigmes actuels de réorganisation du travail et dans la possibilité d’atteinte de résultats meilleurs. <<Je souhaite vivement qu’au terme de cette Assemblée Générale, une série de recommandations soient formulées à l’endroit des dirigeants des institutions et Fonds de Formation dans le sens d’une contribution du Numérique et autres mesures à la réduction de l’impact négatif de la pandémie>>, a-t-il dit avant d’inviter les participants à l’action, car <<le moment est venu de nous ceindre les reins et de remuer à profusion nos méninges pour dégager des solutions les plus idoines à la problématique du fonctionnement de nos administrations et particulièrement celles des fonds et institutions de formation en contexte de Covid-19 qui nous interpelle.>>
Source : gouv.bj

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité