A LA UNEBénin

SYSTEME EDUCATIF AU BENIN : LES PROUESSES DES MINISTRES LADEKAN, KAKPO ET KARIMOU

 

Parmi les piliers de développement, figure l’Education. Ainsi à son accession à la magistrature suprême, le président Talon a consigné dans son PAG, d’énormes reformes pouvant lever les barrières qui minent le développement de ce secteur de l’Education. Dans cette optique en moins de cinq ans, bon nombre de résultats témoignent des efforts fournis par les différents ministres de l’enseignement supérieure, celui du secondaire et du primaire. Lesdits ministres ont engrangé assez de prouesses à leur actif.

En effet, au niveau supérieur, avec la ministre LADEKAN, beaucoup d’infrastructures sont achevées. Il y a la création de l’agence de construction des infrastructures du secteur de l’éducation l’ACISE. En termes d’infrastructures, on peut dire qu’il y a 8 amphis construits, 8 laboratoires, 7 blocs administratifs, des résidences universitaires réhabilitées, des complexes d’école type au nombre de 3 qui ont été réalisés. Il y a des centres de production d’infrastructures numériques qui ont été réalisés à l’UAC. L’avènement du CNE, la création des instituts universitaire d’enseignement professionnel, IUEP et bien d’autres. La liste est longue.

LNB

Concernant le niveau secondaire, D’abord, il faut dire que l’état des lieux à l’arrivé du nouveau départ ne présageait de rien de bon. Ainsi KAKPO a imprimé la rigueur qu’il faut, ce qui a conduit à des résultats bien concluants lors des différents examens, le BEPC et le BAC. Il a changé la donne. Avec l’Agence pour la Construction des Infrastructures du Secteur de l’Education (ACISE) mise en place par le Gouvernement et ces quatre projets, ils ont construit 1232 modules de salles de classe entièrement équipés. Ce qui fait 61.600 places assises que le Gouvernement a pu offrir en 4 ans. A tout cela, s’ajoute, la construction de plusieurs lycées pour amorcer un renforcement de l’axe formation technique et professionnelle abandonné jusque là au profit de l’enseignement général. Sans oublier la dépolitisation et le renforcement des capacités du personnel. La liste est également longue.

En ce qui concerne le niveau primaire, grâce au ministre KARIMOU, le déficit d’enseignants dans nos écoles est aujourd’hui considérablement réduit. La mis en place des formations continues des enseignants, tous les enseignants qu’ils soient du privé ou du public sont concernés et sont d’office pris en charge. Il s’agit des journées pédagogiques qui sont des occasions de formation continue pour les enseignants. L’introduction des TICS et de la langue anglaise est une réalité aujourd’hui grâce au régime de la rupture. Sans aucun doute, la moisson, elle est bonne dans le sous-secteur des enseignements maternel et primaire.

Mais il faut souligner qu’en général, ce qui est en moins de cinq est intéressant mais il reste encore à faire pour atteindre le niveau souhaité par Talon lui même. L’allure est bonne et il faut continuer. Il faut maintenir le cap dira l’autre.

Jules BOCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité