SPORT

LA TROISIÈME COUPE D’EUROPE, UN MIRAGE ?

L’UEFA a donc décidé de créer une troisième Coupe d’Europe pour 2021. Une compétition qui pose des questions de format, de calendrier, mais aussi de légitimité sportive. Et qui signifie peut-être tout simplement que, contrairement aux annonces, les déséquilibres vont encore se creuser un peu plus.

Il y a bientôt vingt ans, la Lazio battait Majorque à Villa Park, et s’adjugeait la dernière Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe de l’histoire. Une compétition laissée sur le bord de la route, car pas assez rentable et « select » , mais qui avait vu passer quelques monuments et moments cultes : le seul titre européen du PSG à ce jour, le Tottenhamdes années 1960, le grand Dynamo Kiev, l’Aberdeen de Sir Alex Ferguson, à nouveau vainqueur huit ans après avec Manchester United, l’émergence de Parme, ou encore, petit bonbon pour la route, la seule saison au FC Barcelone de Ronaldo, le Brésilien. Mais la C2 était alors devenue bien trop ouverte et plus assez bankable : dix vainqueurs différents sur ses dix dernières éditions, issus de cinq championnats différents, sept en rajoutant les finalistes belge – Anvers en 1993 – ou autrichien – le Rapid Vienne de 1996. Impossible donc, quand on n’accueillait qu’un seul représentant par pays – et pas forcément le plus puissant – de tenir la comparaison avec la Ligue des champions. Et c’est vrai que le plateau des quarts de finale au printemps 1999 faisait pâle figure par rapport à une seconde phase de C1 : les Russes du Lokomotiv Moscou, les Israéliens du Maccabi Haïfa, les Grecs de Panionios, les Norvégiens de Vålerenga, les Croates du Varteks Varaždin, pour tenir compagnie aux plus présentables Italiens de la Lazio, Anglais de Chelsea ou Espagnols de Majorque.

Une Coupe Intertoto revisitée

La Coupe des vainqueurs de coupe a donc été enterrée sans plus de cérémonial il y a bientôt vingt ans. Malgré son charme et son histoire. À cause de la place trop grande qu’elle concédait aux « petits » . L’annonce de la création d’une troisième compétition européenne à partir de 2021 par l’UEFA serait-elle une croisade pour la renaissance de cet esprit originel de la Coupe d’Europe ? Sous couvert d’anonymat, un ancien membre des instances dirigeantes du football en doute. « C’est surtout un retour de la Coupe Intertoto, car la C2 a finalement fusionné avec la C3 et se prolonge aujourd’hui en Ligue Europa, où l’on a les vainqueurs des coupes nationales. » L’intérêt, tant sportif que financier, apparaît bien limité. Sauf du point de vue politique. « C’est en quelque sorte un hochet que l’on donne aux laissés-pour-compte pour qu’ils puissent s’amuser. Les gros clubs ont mis en place un système qui les favorise, et pour faire passer la pilule, on propose des petites compensations. » Mais selon l’ancien dirigeant, bien au fait des rouages et des jeux en coulisses, « les compensations sont toujours filtrées au maximum » . Et les vrais solutions laissées dans les tiroirs. « Le plus logique aurait été de revenir sur la décision de 2016 de donner quatre places directes aux quatre grands championnats. Là, on a d’abord offert une petite voie d’accès aux champions des petits pays, et maintenant on met sur pied une compétition de toutes pièces. »

L’ECA et les autres

Une évolution du plateau européen qui fait écho aux décisions de la FIFA concernant la Coupe du monde, avec un passage à 48 équipes. Là où la configuration à 32 équipes offrait un équilibre presque parfait, l’ouverture du Mondial va nous offrir une phase de groupes bancale avec des groupes de trois, idéaux pour provoquer des remakes du RFA-Autriche de 1982. « Cela signifie que les problèmes du football, nés des déséquilibres engendrés par l’arrêt Bosman, sont toujours plus importants. Le football est quasiment au point de rupture, avec des divergences de revenus toujours plus grandes entre l’élite et la base, des Ligues nationales qui sont en danger car les gros clubs veulent les délaisser… » L’ECA, qui a officiellement milité pour la troisième Coupe d’Europe, est d’ailleurs dans le viseur de l’ancien dirigeant. « L’ECA, avec cette nouvelle compétition, veut donner un semblant d’image démocratique. Mais finalement, il n’y a que 200 membres sur le millier de clubs existant dans les ligues européennes, et dans les décisionnaires réels, il n’y a que les membres du comité directeur, représentés par les 10 ou 15 plus grands clubs. Pourquoi s’étonner ? » Pour l’UEFA, le challenge va surtout consister à installer durablement sa nouvelle épreuve. La Ligue Europa a peine retapée et enfin légitimée, on imagine mal quel intérêt sportif et marketing pourra offrir la troisième compétition, dont on sait d’ailleurs encore assez peu. D’autant que ses matchs, joués le jeudi, seront en concurrence directe avec la plus « compétitive » C3, en fin d’une semaine dominée par la C1… « C’est très clair, ce projet est né de considérations politiques et n’a aucune viabilité économique. En réalité, cela ressemble à une personne qui va manger dans un restaurant trois étoiles et qui donne 10 euros à un pauvre en lui disant : tiens, va au fast-food.  »

Source : Internet

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Préparatifs des Jeux Africains 2024 : La descente des Ministres

En prélude à la participation du Bénin à la 13ème édition des...

CAN et CDM Scolaire 2024 : Le Bénin se prépare pour rééditer l’exploit

Dans le cadre de la participation du Bénin à la Coupe d’Afrique...

Après une bonne participation du Nigéria à la CAN 2024: Le cadeau de Tinubu aux joueurs

Le Président de la République fédérale du Nigeria, Bola Ahmed Asiwaju Tinubu,...

Après la victoire de la Côte d’ivoire de la CAN 2024 : Chaque joueur décoré et primé

La sélection ivoirienne de football, sacrée championne d’Afrique pour la troisième fois...