MONDE

Washington se dit « indigné » par une nouvelle attaque contre une base en Irak

Huit roquettes se sont abattues dimanche sur une base aérienne en Irak abritant des soldats américains au nord de Bagdad. Aucune perte en vies humaines n’a été enregistrée.

Tandis que la désescalade semble se dessiner entre les États-Unis et l’Iran, des roquettes ont été tirées en Irak contre une base aérienne servant d’abri pour des soldats américains dimanche. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est dit « indigné » par ces nouveaux tirs.  « Indigné par les informations sur une nouvelle attaque à la roquette contre une base aérienne irakienne », a tweeté Mike Pompeo. « Ces violations répétées de la souveraineté de l’Irak par des groupes opposés au gouvernement irakien doivent cesser » a-t-il ajouté.

L’origine des tirs n’a pas été indiquée.

Selon l’armée irakienne, 4 soldats irakiens ont été blessés. Les sources militaires irakiennes ont informé qu’aucun soldat américain n’avait été touché. La quasi totalité des troupes américaines ont déjà quitté cette base située dans la région de Balad, après une escalade entre les États-Unis et l’Iran sur le sol irakien. Des responsables des services de sécurité irakiens avaient au préalable précisé que 90% des sous traitants américains déployés sur la base avaient déjà quitté les lieux.

EREVAN

Escalade
Depuis fin octobre, des dizaines de roquettes ont été tirées sur des bases irakiennes abritant des soldats américains, tuant un sous-traitant américain le 27 décembre. Les États-Unis ont accusé des factions armées irakiennes pro-Iran de ces tirs. En représailles, le 29 décembre, l’armée américaine a bombardé les bases irakiennes tuant 25 combattants du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iran ayant rejoint les troupes irakiennes. L’escalade est ensuite montée d’un cran avec une attaque de drone sur ordre du président américain Donald Trump, qui a tué le général iranien Qassem Soleimani et le numéro deux du Hachd, Abou Mehdi al-Mouhandis, aux portes de l’aéroport de Bagdad le 3 janvier.

L’iran a lancé une riposte le 8 janvier en tirant 22 missiles balistiques sur la base aérienne irakienne d’Aïn al-Assad (ouest), où s’y trouvent des troupes américaines, sans faire de victimes. Depuis, les tirs de roquettes contre les intérêts américains – dont l’ambassade dans la Zone verte de Bagdad – ont repris presque tous les jours, alors que le Parlement irakien a voté le départ des troupes étrangères du pays. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité