A LA UNEAFRIQUEANNONCESCOMMUNIQUEElectionsMONDEPOLITIQUESOCIETE

Présidentielle 2024 au Sénégal : Qui est Bassirou Diomaye Faye ? (Candidat de l’ex Pastef et remplaçant de Sonko, en passe de devenir Président)

Diomaye Faye est le plan B de l’ex Pastef pour cette élection présidentielle de 2024 et un des principaux candidats favoris du scrutin.
Il est un peu plus de minuit le jeudi 14 mars 2024, quand il fait son apparition au milieu de la nuit dakaroise, habillé d’un boubou bleu, casquette blanche et écharpe aux couleurs nationales autour du cou.
Debout sur le toit ouvrant de son véhicule, il salue la foule de militants et de sympathisants de Pastef et autres, surexcités, impatients mais tout heureux de vivre ces premiers moments de liberté de celui qui est désormais leur candidat à l’élection présidentielle du 24 mars 2024.
Bassirou Diomaye Faye, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a recouvré la liberté après avoir passé onze (11) mois en prison pour outrage à magistrat, diffamation et diffusion de fausses nouvelles notamment.
Il a été libéré en même temps que le leader du l’ex Pastef, Ousmane Sonko, incarcéré depuis juillet 2023.
Leur libération fait suite à la promulgation de la loi d’amnistie adoptée par l’Assemblée nationale portant sur« tous les faits susceptibles de revêtir la qualification d’infraction criminelle ou correctionnelle, commis entre le 1er février 2021 et le 25 février 2024, tant au Sénégal qu’à l’étranger, se rapportant à des manifestations ou ayant des motivations politiques, y compris celles faites par tous supports de communication, que leurs auteurs aient été jugés ou non ».
A 43 ans, Bassirou Diomaye Faye, lieutenant d’Ousmane Sonko dont la candidature a été invalidée, a été désigné comme candidat de substitution par Ousmane Sonko lui-même.
« Voici Bassirou Diomaye Faye, en toute discrétion, aux côtés de Ousmane Sonko, dans le cadre du projet que nous portons aujourd’hui », s’est-il lui-même présenté le 15 mars 2024, dans sa toute première conférence de presse de candidat, aux côtés de son mentor, au lendemain de leur sortie de prison.
Qui est Bassirou Diomaye Faye ?
Il est décrit comme l’architecte du projet Pastef. Son choix qui a surpris beaucoup d’analystes et d’observateurs de la scène politique, est pourtant évident et logique selon Ousmane Sonko lui-même. « Mon choix sur Diomaye n’est pas un choix de cœur mais de raison. Je l’ai choisi parce qu’il remplit les critères que j’ai définis. Il est compétent et a fait la plus prestigieuse école du Sénégal. Après presque 20 ans aux Impôts et Domaines où il a abattu un travail exceptionnel, personne ne peut dire qu’il n’est pas intègre. Je dirais même qu’il est plus intègre que moi. Je place le projet entre ses mains « , a déclaré Ousmane Sonko à son sujet.
Né en 1980 à Ndiaganiao dans le département de Mbour (Ouest), Bassirou Diomaye Diakhar Faye est issu d’une famille modeste.
Après son baccalauréat obtenu en 2000 au Lycée Demba Diop de Mbour, Bassirou Diomaye Faye s’inscrit à la faculté de droit de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) où il décrochera une maîtrise de droit.
En 2004, trois mois après avoir obtenu sa maîtrise, Bassirou Diomaye Faye est admis à l’École nationale d’administration (ENA). Il en sort diplômé trois années plus tard, en 2007 et rejoint la Direction générale des impôts et domaines.
Il y fera connaissance avec Ousmane Sonko qui l’a devancé de quelques années dans ce prestigieux corps de l’administration sénégalaise.
La relation entre Sonko et Diomaye est quasi fusionnelle, ils sont deux frères inséparables.
Moustapha Sarré est chargé de la formation au sein de l’ex-Pastef. Il connait les deux hommes :  » ils sont deux faces d’une même pièce avec deux styles différents. Le charisme d’Ousmane est inégalable mais le charme et la perspicacité de Diomaye font sensation », décrit-il.
« Bassirou, c’est moi » a dit Ousmane Sonko au sujet de son lieutenant et désormais son remplaçant à la présidentielle du 24 mars 2024.
Dans l’entourage du leader de l’ex Pastef, ce choix de faire de Bassirou Diomaye Faye le remplaçant du Président Ousmane Sonko est tout sauf une surprise, tant les deux hommes ont plusieurs points en commun.
« On peut dire que Diomaye est l’autre Ousmane Sonko, sa copie presque parfaite, ils ont la même vision, ils pensent de la même façon et surtout ils se vouent un respect et une confiance à toute épreuve », nous confie un membre du staff de campagne.
L’inspecteur des impôts ne se voyait pourtant pas faire de la politique, avant de militer au Pastef, dont il a co-écrit les textes et dont il a défendu le projet politique devant les sénégalais.
«Il ne me traversait pas l’esprit de faire de la politique, car quand vous avez un parent qui fait de la politique, de prime abord, vous avez horreur de la politique parce que vous voyez le manque de temps. Vous voyez la pénibilité de l’engagement, vous voyez les absences répétées du pater», disait Bassirou Diomaye Faye dans un entretien avec des médias locaux, au sortir de la présidentielle 2019.
Comment en est-on arrivé au 24 mars pour la tenue de l’élection présidentielle au Sénégal ?
« Président, tu dis souvent que je suis têtu, on ne s’entend jamais, mais nous sommes toujours ensemble », a t- il lancé, lors de sa prise de parole dans la même conférence de presse sous le regard quasi perplexe d’Ousmane Sonko, drapé de son grand boubou blanc.
Avant de poursuivre « Je suis quelqu’un de particulièrement raisonné, de particulièrement raisonnable, de particulièrement sensé, de particulièrement réfléchi ».
Bassirou Diomaye Faye, alors secrétaire général et n°2 du parti, avait été interpelé et placé en garde à vue dans la soirée du 14 avril 2023 puis placé sous mandat de dépôt le 18 avril pour «actes de natures à compromettre à la paix publique », «outrage à magistrat » et «diffamation à l’encontre d’un corps constitué », à la suite de la publication d’un post sur les réseaux sociaux où il critiquait le comportement de certains magistrats.
Suite à un réquisitoire supplétif du parquet, il s’était vu accuser des mêmes chefs que son mentor Ousmane Sonko.
Après près d’un an de détention, BDF comme le surnomment ses intimes, est sorti de prison sous les habits de l’un des candidats favoris à la présidentielle.
Il s’est désormais montré sous les habits de numéro un et montré qu’il a le profil de la nouvelle charge en face de lui.
Ousmane Sonko ne tarit pas d’éloges à l’endroit de son « petit frère ».
« Bassirou, c’est moi. Il est extrêmement brillant et je peux meme dire qu’il est plus honnête que moi « .
Après avoir fait de Diomaye le candidat du Pastef, Ousmane Sonko s’est érigé en bouclier contre les critiques et les attaques des adversaires sur l’inexpérience et l’impréparation de Bassirou Diomaye Faye pour assumer la fonction présidentielle.
Des critiques que El Malick Ndiaye, porte-parole du candidat rejette catégoriquement. « Diomaye a les épaules assez larges pour piloter le projet. Il a travaillé sur les dossiers techniques. Il a dirigé les cadres. Il est l’artificier du projet », confie t-il.
Secrétaire général du Syndicat autonome des agents des Impôts et domaines, puis secrétaire général du Pastef et président du Mouvement national des cadres patriotes (Moncap), Bassirou Diomaye Faye est au coeur du projet du Pastef et a contribué à implanter le parti dans la diaspora.
Ses proches décrivent un homme « méthodique, sérieux, un esprit brillant, très discret, froid dans l’analyse, cohérent dans les idées et qui sait exactement dans chaque situation donnée comment maîtriser ses sentiments.  »
Quel est le programme de Diomaye président ?
En d’être élu à l’issu du scrutin du 24 mars 2024, Diomaye Faye deviendrait le cinquième président de la République et le premier fonctionnaire formé à l’Ecole nationale d’Administration du Sénégal (ENA) à accéder à la fonction suprême.
Bassirou Diomaye Faye qui a réussi en même temps les concours de l’ENA et de la magistrature, est aussi connu pour sa passion pour l’agriculture et l’élevage. « Les dimanches et les congés, surtout en période d’hivernage, Bassirou les passe au village, dans les champs », lit-on sur le site officiel de campagne de sa coalition.
Diomaye , qui a comme référence et modèle politiques l’ancien président du conseil Mamadou Dia et le savant Cheikh Anta Diop, a toujours revendiqué ses origines rurales, lui qui s’est imprégné de valeurs éducatives et sociales typiques de son terroir, Ndiaganiao, en pays sérère.
Le projet qu’il défend et intitulé « pour un Sénégal souverain, juste et prospère » vise le changement social et la justice pour faire du Sénégal « une nation juste, prospère et souveraine ancrée dans des valeurs fortes ».
« Cette vision prône la nécessité de trouver de nouvelles voies de développement économique et social du Sénégal, fondées sur les valeurs de patriotisme, de travail acharné, d’éthique et de fraternité. »
Ce projet s’articule autour de cinq (05) axes comprenant quinze (15) orientations.
Le premier axe concerne le renouveau institutionnel et l’engagement en faveur de l’Afrique. Le candidat désigné par Ousmane Sonko propose des réformes majeures, notamment la suppression du poste de Premier ministre et l’instauration d’un poste de vice-président, qui serait élu en tandem avec le président.
Les prérogatives et attributions du président et du vice-président seront clairement fixées dans la Constitution.
Le volet économique du candidat Bassirou Diomaye Faye regorge de propositions et de projets phares. Il propose notamment « un modèle économique endogène d’industrialisation par substitution aux importations pour parvenir à une économie efficace et résiliente fondée sur une gestion transparente des finances publiques ».
Sur le plan monétaire, la proposition majeure consiste à la sortie du Sénégal du Franc CFA. Le candidat Bassirou Diomaye Faye souhaite mettre en œuvre une réforme monétaire qui permettra au Sénégal d’intégrer une monnaie unique pour l’ensemble des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ou de disposer de sa propre monnaie si les conditions ne sont pas réunies.
Dans son projet, le candidat Bassirou Diomaye Faye propose également la renégociation des contrats d’exploitation du gaz et du pétrole ainsi que les accords de défense et de pêche.
La création de pôles économiques régionaux, le développement et le renforcement des infrastructures économiques (chemins de fer, électrification, services postaux, télécommunications, réseau routier), la préférence nationale et la consommation locale constituent les autres points de ce programme économique.
Longtemps resté dans l’ombre de son leader charismatique, Bassirou Diomaye Faye doit assumer un nouveau statut, un nouveau rôle et convaincre au-delà de son propre camp, qu’il ne serait pas juste un président par défaut.
Juste après le scrutin, l’opposant n’a pas le temps pour endosser les habits de chef et prouver sur ses capacités à succéder valablement au président Macky Sall à la tête du Sénégal. Ce qui serait sans doute un coup de génie unique en Afrique. Il doit pourtant puiser dans ses tréfonds pour habiter les fonctions du premier magistrat du Sénégal. Réussira t il le challenge ? Après les résultats et s’il est confirmé comme gagnant de ce scrutin, on verra bien.

Mick de BADAR
(Sources: internet

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Lutte contre le terrorisme au Mali : Deux refuges des groupes terroristes traqués

Les Forces Armées Maliennes (FAMa) ont trouvé ce vendredi 19 avril 2024,...

Drame dans la commune de Banikoara : Un CA se donne la mort

Ce dimanche 21 avril 2024, le chef de l’arrondissement de Sompérékou, Karim...

Réunion de la coordination nationale du parti Les Démocrates : Le parti s’enracine

Le parti que dirige l’ancien chef de l’État, Yayi Boni a tenu...