A LA UNEPOLITIQUE

Éveil de la conscience citoyenne des fonctionnaires parlementaires: Le Président Vlavonou fait œuvre utile

Éveil de la conscience citoyenne des fonctionnaires parlementaires:
Le Président Vlavonou fait œuvre utile
(Le Dr Djima FATAHOU parle de la Conscience professionnelle dans l’administration )

La matinée de ce lundi 03 octobre 2022 au Palais des gouverneurs à Porto-Novo a été suffisamment enrichissante à l’occasion de la cérémonie des couleurs à travers les enseignements du Directeur de l’Institut parlementaire du Bénin (IpaB), Dr Djima FATAHOU sur la « La conscience professionnelle dans l’administration », thème de la causerie animée sur une initiative leadership du président Louis Gbèhounou VLAVONOU pour conscientiser le personnel civil et militaire du parlement sur les bonnes valeurs. En effet, la volonté de la première Autorité parlementaire de doter l’institution d’un code d’éthique et des valeurs de l’administration publique parlementaire à l’instar de l’Exécutif n’est plus à démontrer, effort auquel il s’y attèle dèja toutes les quinzaine de lundis de chaque mois et tous les jours dans les coulisses et couloirs de l’administration Parlementaire que, histoire de redynamiser cette institution. Ce fut le septième épisode.
Dr Djima FATAHOU a d’entrée de jeu essayé de clarifier le thème en lui-même, avant d’aborder les contours qui tournent autour, dont quelques caractéristiques de la conscience professionnelle dans l’administration ainsi que ses valeurs et importance. La conscience professionnelle peut être comprise comme la « connaissance que l’on a de l’exécution correcte de son travail, le sentiment moral que l’on a, d’avoir bien fait son travail ». Autrement dit, la conscience professionnelle est le soin que l’on porte à son travail, à faire son métier. Il s’agit donc de la motivation et de l’implication dont une personne fait preuve dans l’exercice de son métier ou de sa fonction, d’après l’orateur.
Comme caractéristiques propres à la conscience professionnelle, le conscientiseur a catégorisé ces caractéristiques selon d’abord la loi, et par la suite, selon le quotidien en citant un certain nombre d’attitudes et d’aptitudes chez l’agent de l’administration qui permet de reconnaître la conscience professionnelle. Selon l’article 53 de la loi N°2015-18 portant statut général de la fonction publique, la conscience professionnelle fait partie des trois critères à partir desquels l’agent est évalué par son supérieur hiérarchique, a informé le communicateur avant de préciser que la conscience professionnelle est caractérisée selon cette disposition de loi, par l’assiduité, l’éthique et le sens de la responsabilité. S’agissant des agents de la fonction publique qui n’ont pas qualité de supérieur hiérarchique immédiat, leur conscience professionnelle est évaluée sur la base de la ponctualité, l’assiduité et l’éthique professionnelle, a rappelé le communicateur.
En ce qui concerne le deuxième type de caractéristiques, celui lié à l’attitude et l’aptitude, il s’agit à ce niveau du sens des compétences qui est de montrer qu’on est capable et ceci par des actes ; de l’ordre dans tout ce que fait l’agent ;  du sens de responsabilités ; de combativité ou de recherche de résultats qui appelle l’endurance et la ténacité comme nous conseille notre hymne national ; de l’autodiscipline et ; de la circonspection qui est le fait d’être prudent, précautionneux vigilant dans une situation nécessitant l’action.
Comme indicateurs d’appréciation permettant mis à part les caractéristiques évoquées ci-haut, savoir si quelqu’un a la conscience professionnelle en lui, Il y a l’ordre qu’il met régulièrement dans son travail ; du sens des responsabilités dont il fait montre au niveau de la chaine ; de l’autodiscipline pour se faire respecter dans la communauté ; de la ponctualité aussi bien dans le respect des horaires de travail que dans l’exécution des tâches à lui confiées ; de l’assiduité au travail ; du respect des codes de la profession ; de l’intégrité et de la circonspection.
Pour être conscient professionnellement dans son travail, parlant des conditions pour qu’un agent travailleur fassent preuve fièrement de conscience professionnelle, Dr FATAHOU a laissé entendre qu’il est important que ce dernier ait une idée précise et claire de ce qu’ils devra faire, de ce dont il a la charge. Il s’agit ici de l’organisation méthodique de ce dernier caractérisée par la répartition du travail, aussi bien selon la mission, que dans le temps. Cela appelle les innovants paradigmes sur l’organisation du travail tels que l’existence d’un plan de travail annuel ; du manuel de procédure ; de la lettre de mission ; du cahier des charges. « C’est pourquoi, la loi N°2015-18 portant statut général de la fonction publique définit « la lettre de mission » dans son article 2 comme « instruction écrite du supérieur hiérarchique immédiat qui fixe des objectifs à chaque collaborateur responsable de structure. Elle précise également les performances attendues en matière de conscience professionnelle et de leadership ».
<< En définitive, en tant que professionnel, pour développer votre conscience professionnelle, vous devez apprendre à valoriser à travers votre comportement les indicateurs cités plus hauts ; tenir vos délais et engagements ; offrir un travail qualitatif ; être positif et constructif en tout temps. Aussi, est-il indispensable de rendre effectif l’ensemble des indicateurs qui facilitent la prise en conscience professionnelle chez l’agent. Il s’agit d’un plan de travail annuel ; du manuel de procédure ; de la lettre de mission ; du cahier des charges. À ce niveau, il sied de rappeler la volonté de Monsieur le Président de l’Assemblée nationale de doter l’institution d’un code d’éthique et des valeurs de l’administration publique parlementaire à l’instar de l’Exécutif. », a conseillé et conscientisé Dr Djima FATAHOU.

Aristocrate Goussikindé

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Reddition de comptes dans la commune d’Abomey-Calavi : AHOUANDJINOU dresse le bilan

Les membres du conseil communal d’Abomey-calavi ont tenu la première séance de...

Après sa sortie de la CEDEAO : Le Burkina menace de quitter l’UA et L’ONU

Le Burkina Faso a annoncé sa volonté de quitter l’Union Africaine (UA)...

Le gouvernement en collaboration avec le FMI et la Banque mondiale : Une table ronde organisée

Le mardi 16 juillet 2024 sera organisée à Cotonou table ronde sur...