AFRIQUEMONDE

COP26 : plus de cent dirigeants s’engagent à stopper la déforestation d’ici à 2030

Une centaine de chefs d’État et de gouvernement dont les pays regroupent 85 % des forêts mondiales, s’engagent pour mettre un terme à la déforestation. La « déclaration des chefs d’États en faveur des forêts et sur l’utilisation des terres » est présentée comme un accord sans précédent en faveur de la protection des forêts. Parmi les pays signataires : le Brésil, l’Indonésie ou encore la RDC.
L’accord prévoit de mettre un terme à la déforestation et même d’inverser le processus d’ici à 2030.
Car les forêts, véritables poumons de la planète capables d’absorber une partie du CO2 libéré chaque année, subissent, elles aussi, l’activité humaine. « L’équivalent de 27 terrains de football de forêt est perdu chaque minute », estime ainsi le Premier ministre Boris Johnson qui doit s’exprimer à ce sujet ce mardi 2 novembre.
Les États signataires s’engagent donc dans une série de mesures politiques et économiques en faveur notamment de la restauration des terres dégradées, la lutte contre les feux de forêt ou encore le soutien aux populations locales.
Et pour financer ces mesures dans les pays pauvres, plus de 12 milliards de dollars de fonds publics seront mobilisés sur quatre ans. Au total 12 pays développés ont annoncé leur contribution financièrement dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, la Corée, le Japon ou encore les États-Unis et le Canada.
Le secteur privé promet également de mettre sur la table plus de 7 milliards de dollars. Et les patrons de plus de 30 institutions financières comme Aviva ou Axa vont de leur côté s’engager à ne plus investir dans les activités liées à la déforestation, selon le communiqué de Downing Street.
Parmi les pays signataires, le Congo, la RDC et le Cameroun, le Brésil ou encore l’Indonésie, sur lesquels s’étendent les plus grandes forêts tropicales au monde. Et qui sont souvent critiqués pour la surexploitation de cette ressource ou leur manque d’engagements en faveur du climat.
Ce nouvel engagement fait écho à la « Déclaration de New York sur les forêts » de 2014, quand de nombreux pays s’étaient engagés à diviser par deux la déforestation en 2020 et d’y mettre fin en 2030. Mais pour des ONG comme Greenpeace, l’objectif de 2030 est beaucoup trop loin dans le temps et donne ainsi le feu vert à « une décennie supplémentaire de déforestation ».

LNB

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité