A LA UNERegard 9

Carrière envisagée : Député !

Aujourd’hui c’est le 09 octobre, journée mondiale de la poste, c’est l’occasion pour moi d’adresser pas à la manière de Mariama Ba, « une si longue lettre » aux parlementaires béninois, mais tout simplement de dire aux honorables députés qui cumulent depuis 1991 une si longue carrière au parlement béninois de penser aussi à faire des réformes sur la durée de leur mandat.

S’il m’était donné de passer en revue les noms de tous les députés qui se sont succédés à l’Assemblée Nationale du Bénin depuis 1991, plusieurs noms d’honorables parlementaires reviendront et visiblement ces derniers ne sont pas encore prêts à renoncer à cette carrière qu’ils ont embrassée parfois malgré eux depuis un certain moment. Tout se passe comme si ces derniers n’avaient plus rien d’autres à faire dans le pays que de parler à vie au nom des populations, leurs mandataires, leur mandat n’étant pas limité. A quand une réforme sur la limitation du mandat des députés béninois ? Au cours de l’examen du Budget de l’Assemblée Nationale tout récemment, il nous a été loisible d’assister aux échanges verbaux sans retenue qu’il y a eu entre l’honorable Aditi Valentin Houdé, actuel questeur de l’Assemblée Nationale et l’honorable Adrien Houngbédji, président de cette institution.

Le premier rappelait au second le nombre d’années qu’il a déjà fait comme député et le second de répliquer qu’il était plus ancien que lui. Des députés carriéristes vous me diriez !. Ils ont fait de la fonction de député, toute une carrière alors !. Ce fait avait poussé mon oncle Dooson à me montrer ses dents cariées mal soignées car son médecin traitant a dû fermer sa clinique privée pour répondre aux injonctions actuelles du Gouvernement. Oui le Gouvernement, ne peut-il pas faire un projet de loi pouvant permettre de revoir le nombre de mandats des députés béninois ? Le Gouvernement actuel ayant opéré des réformes dans tous les secteurs de la vie des béninoises et des béninois depuis son avènement en avril 2016 devrait aussi penser à limiter ne serait –ce que par un projet de loi, la durée de vie des députés au parlement béninois. Dans ce parlement, il y a des députés qui n’ont raté aucune mandature, la vérité si je mens. Dans ce parlement, il y a toute sorte de députés, plusieurs parmi eux, une fois élus, n’assistent qu’au message de la nation du président de la République, il y a dans ce parlement des députés qui au lieu de siéger au parlement préfère siéger entre deux avions profitant certainement de leur passeport diplomatique pour fructifier leurs affaires.

ISOCEL TELECOM

Je ne vous ai pas encore dit que le parlement béninois regorge d’opérateurs économiques, certains ont même laissé entendre qu’il y a dans ce parlement des « faux soigneurs » de l’économie nationale…ceux qui font entorse à la morale et surtout aux règles élémentaires de citoyennetéAh, il semble que là-bas, à Porto-Novo, le haut lieu de la politique, il y a les députés et les « dépu-taire » ils n’ont jamais ouvert la bouche, ils lèvent au besoin le doigt pour voter, il y a aussi les honorables « retourneurs de veste» euh c’est-à-dire ceux qui ont été élus ici sur la liste orange, mais une fois au palais des Gouverneurs deviennent membres de la liste verte ou arc-en ciel. Il y en a qui, avec calculatrice en main, savent « marchander leur vote », des députés « monétistes » ils font la monétisation du vote. Bon il semble qu’avec le nouveau code électoral, il n’y aura plus de députés « transhumants ».

Nous sommes aujourd’hui aux dernières heures de la septième législature. Une législature qui s’est faite remarquer par le vote d’une kyrielle de lois, une législature normale et normative quoi. Allons-nous assister encore au retour au parlement des mêmes députés ? Il est vrai qu’on ne peut les empêcher de se porter candidats, même si certains parmi eux tout récemment sont candidats à la haute cour de justice ? Ceux-là devraient d’abord aller laver leur honneur d’honorables avant certainement de chercher à remonter la pente, d’autres auront des soucis financiers, car avec le nouveau code électoral, la barre a été montée très haute. Certainement que cette barre n’est pas compliquée à être franchie par les députés opérateurs économiques, mais qu’en sera-t-il pour le cousin de mon oncle Dooson, qui visiblement n’a pas encore choisi son bloc et qui se demande comment rassembler les sous par sous pour atteindre la somme souhaitée.

Dans tout cela, c’est encore le retour à l’Assemblée Nationale de deux députés qui m’intéresse, car quel que soit le vent qui souffle, j’ai envie de dire que Ange-Marie Bruno Amoussou et Adrien Houngbédji (déjà députés parmi les 65 que comptait le parlement béninois en 1991), vont battre le record de longévité au parlement béninois. On devrait commencer à penser à inscrire leur nom dans le livre Guinness des records.

Auf wiederlesen !

Par Mesmin ADJIGNON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité