A LA UNEANNONCESBéninCOMMUNIQUEElectionsPOLITIQUESOCIETE

Vote du nouveau Code électoral, la réaction de Moukaram A.M. BADAROU: « Ce code sécurise les Partis » ( les Partis politiques doivent se renforcer pour conquérir le pouvoir d’Etat)

Le 05 mars 2024, l’Assemblée a procédé à la révision du Code électoral et ceci suscite plusieurs réactions dans le milieu politique et même au niveau de la société civile. L’ancien Préfet des Départements de l’Ouemé et du Plateau et actuellement Directeur adjoint de Cabinet du Président de l’Assemblée nationale, Moukaram A.M. BADAROU, s’est lui aussi prononcé. C’était à l’occasion d’une interview qu’il a accordé aux médias. Lisez plutôt :

BÉNIN ESPOIR : Mardi dernier, les députés ont amendé le code électoral. Dites-nous s’ils ont les prérogatives d’aller au-delà des consignes que leur a données la Cour constitutionnelle ?
Moukaram A.M.BADAROU : Effectivement le mardi 05 mars 2024, la Représentation nationale a procédé à l’amendement du code électoral qui était en vigueur jusque-là. En le faisant, les Députés sont bien sûr dans leur prérogative constitutionnelle qui essentiellement, est de faire de voter les lois. La révision d’un code électoral n’est pas un fait nouveau au Palais des Gouverneurs. Ça se fait depuis le renouveau démocratique et à chaque fois où le besoin s’est fait sentir, ils l’ont toujours fait. Quant aux consignes de la Cour constitutionnelle, elles ont été prises en compte par les Honorables Députés qui en ont profité pour mieux faire. Ils sont restés rigoureusement dans leur rôle à savoir, légiférer.

BE: Vous avez parcouru le Code réformé. Est-ce que l’exigence de 20% par circonscription électorale qui vient s’ajouter à celle des 10% de suffrages au plan national n’est pas exagérée ?
M.A.M. BADAROU : Les exigences de 20% par circonscription électorale qui viennent renforcer les 10% de suffrages au plan national ne sont pas exagérées. Il s’agit ici de renforcer le système partisan, de donner force aux partis politiques. Il s’agit de faire en sorte qu’à l’arrivée, nous ayons des partis politiques qui couvrent véritablement toute l’étendue du territoire national. Il s’agit de mettre fin à l’émiettement des forces politiques pour avoir véritablement des partis politiques dignes du nom à l’instar des partis politiques tels que le PDP ou APC au Nigéria ou l’ANC en Afrique du Sud.

BE: Le parrainage à capitaliser par les partis politiques, cela ne ressemble-t-il pas à la confiscation de la liberté du député ?
M.A.M. BADAROU : Confiscation avez-vous dit ? Pas du tout. L’objectif visé par la Représentation nationale est de renforcer les partis politiques et de sécuriser les positions politiques. Finir avec la littérature sur la transhumance politique et arriver réellement à y mettre fin. Il faut sécuriser le vote des militants des partis politiques et éviter que le Député puisse prendre de direction contraire à la volonté de son parti politique ou de son obédience politique. Cela dit, la liberté du Député n’est pas entamée, bien au contraire. Aucune liberté ne doit contrarier la volonté de ses mandants. La voyoucratie ou le banditisme politique est une mauvaise chose. Il faut impérativement y remédier.

BE: Pourquoi le législateur pense-t-il qu’un président qui n’est affilié à un parti est plus mauvais qu’un président issu d’un parti politique ?
M.A.M. BADAROU : La vision de la majorité parlementaire est claire, c’est donner aux partis politiques toute la place qui est la leur. Libre à quiconque qui a la volonté de briguer la magistrature suprême d’adhérer à un parti politique de son choix afin de disposer d’une équipe partisane et d’une vision de gestion pour le pays. L’objectif ici, c’est d’éviter qu’un quidam débarque avec ce que vous savez et arrive à conquérir le pouvoir d’Etat sans pour autant disposer d’une base politique pour donner de meilleures orientations à notre pays. Adhérer à un parti de son choix et y militer ne coûte rien, donc chaque citoyen peut trouver sa voie. À défaut d’adhérer, créer un parti politique et réussir à lui donner la dimension requise, c’est humainement possible.

BE: Le multipartisme intégral au Bénin est-il aujourd’hui devenu une chose à combattre et pourquoi ?
M.A.M.BADAROU : Le multipartisme reste intégral et il suffit de respecter les normes en la matière pour espérer son récépissé après la création de son parti politique. Mais il s’agit de donner des moyens politiques aux partis politiques pour qu’ils soient plus forts dans l’exercice de leurs missions. C’est clair qu’il faut mettre fin aux partis politiques d’arrondissement ou de communes et tendre sérieusement vers les partis politiques à dimension nationale.

BE: Dans l’ensemble, est-ce que le nouveau code ne va pas raviver la crise politique au Bénin ?
M.A.M. BADAROU : Pas du tout. Le Bénin est une démocratie et il faut savoir s’arrimer aux normes démocratiques. Il n’y a pas de place pour une crise parce qu’au cas où il y en a qui ne seraient pas d’accord, les voies de recours existent. C’est vrai que la démocratie, ce n’est pas de l’unanimisme. C’est plutôt un jeu des idées, une dictature des textes où règne la voie de la majorité. Vouloir finir avec les partis politiques en pièces détachées, ce n’est pas entretenir une crise. Vouloir finir avec la transhumance, ce n’est pas entretenir une crise. Jouer son rôle constitutionnel à l’Assemblée nationale, ce n’est pas entretenir une crise. Les normes démocratiques sont claires, il faut savoir les respecter pour une démocratie au sens du mot et dans l’intérêt de tous. Le code voté est valable pour toute la classe politique. Ces contraintes le sont pour tout le monde. N’oubliez pas que j’étais un Président de parti politique. Mes camarades et moi, nous avons pris acte de la nouvelle donne politique dans l’intérêt de la démocratie et de notre pays. Nous voici dans une formation beaucoup plus grande et plus porteuse pour le développement de notre pays.

BE: En Europe, il s’observe un recul du bipartisme. Au Bénin, on fait l’impossible pour en faire un modèle. N’y a-t-il pas quelque chose qui cloche ?
M.A.M. BADAROU : Ici c’est le Bénin. Ici c’est le continent africain. Pas de mimétisme béat. Chaque pays cherche et trouve la voie qui lui permet de se construire. Après la conférence nationale et le parcours qui est le nôtre, on est en mesure de tracer nos propres voies en fonction des réalités qui sont les nôtres et en fonction de nos aspirations. Le contraire serait une insulte à notre peuple et à l’âme profonde de notre pays.

BE: Un mot pour conclure cet entretien
M.A.M.BADAROU : Je vous remercie pour l’intérêt et je tiens à préciser que la Représentation nationale n’a fait que son devoir et que l’essentiel des objectifs, c’est de renforcer les partis politiques et de chercher à mettre fin au nomadisme politique. L’errance politique est dangereuse pour la démocratie et même pour la paix dans un pays. La démocratie pluraliste, la sécurité du vote des électeurs, des partis politiques à dimension nationale et un travail acharné pour le développement du Bénin, tel doit être le leitmotiv de chacun d’entre nous.
Je vous remercie

Propos recueillis par Mesmin Afanou

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Déclarations intempestives contre le Bénin : Kemi Séba visé par une plainte à Cotonou.

Une plainte a été déposée au Tribunal de première instance de Cotonou...

Conseil des Ministres du mercredi 22 mai 2024 : L’intégralité du compte rendu

Le Conseil des Ministres s’est réuni mercredi, le 22 mai 2024, sous...

Coopération Gabon – France : Brice Oligui Nguema en France.

Le Président gabonais effectuera son premier voyage officiel en France du 28...

L’Espagne, l’Irlande et la Noverge reconnaissent à leur tour : L’Etat de la Palestine (146 pays sur les 193 de l’ONU reconnaissent l’Etat de Palestine)

Combien de pays reconnaissent désormais l’existence d’un Etat palestinien ? Avec l’annonce de...