A LA UNEPOLITIQUE

Talon sauve l’école en gérant avec maestria le cas des aspirants.

Soucieux d’une éducation de qualité et du bien-être des partenaires sociaux,  le Chef de l’Etat, Patrice Talon a rencontré hier les responsables des centrales et confédérations syndicales (CSA-Bénin, CGTB, COSI-Bénin, UNSTB, CSUB, CSPIB et la FéNACEPIB) au palais de la Marina.  Au menu de la rencontre, la question des 30 heures collées aux aspirants à l’enseignement dans nos lycées et collèges.

L’autorité disposé pour une meilleure approche a vite désamorcé la colère des responsables syndicaux en promettant revoir la mesure. A l’écoute des peines de cette jeunesse enseignante, Patrice Talon a opté pour le dialogue et a par l’occasion salué la pertinence de la démarche. Tout en réitérant son souci d’une offre éducative de qualité, le Président de la République n’a pas manqué de rappeler à ses hôtes les efforts engagés par son Gouvernement pour combler les déficits d’enseignants observés dans nos écoles, notamment dans le secondaire général.

LNB

Des grandes résolutions à retenir, on peut aussi noter l’engagement de l’Etat à améliorer les conditions des enseignants aspirants à travers un bon contrat et des heures de travail raisonnables. A cet effet, « aucun aspirant déployé l’année dernière et figurant dans la base de données ne sera laissé sur le carreau. » a ajouté le Président de la République qui a instruit  les différents ministères concernés à œuvrer pour une année scolaire apaisée. La rencontre d’hier montre clairement que la situation sociale préoccupe le Chef de l’Etat en dépit de ce que raconte souvent pseudo opposants.

Charles Christel ADOMASSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité