AFRIQUESANTESOCIETE

Réchauffement climatique et sécurité dans le monde la Russie, la Chine et l’Inde rejettent une résolution proposée par le Niger

Le président du Niger, Mohamed Bazoum, a plaidé jeudi lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU en faveur d’une résolution liant formellement le réchauffement climatique et la sécurité dans le monde, une proposition rejetée par la Russie, la Chine et l’Inde, rapporte l’AFP.
« Le moment est venu pour le Conseil, dans le cadre de son mandat préventif, de prendre en compte les risques sécuritaires liés au changement climatique comme un élément supplémentaire de notre architecture de paix et de sécurité », a souligné Mahomed Bazoum lors d’une réunion de ce forum, présidé en décembre par son pays.
Le Niger espère mettre au vote à l’avenir une résolution rédigée conjointement avec l’Irlande pour « intégrer les risques sécuritaires liés au climat comme un élément central des stratégies globales et de prévention des conflits des Nations unies ».

LNB

Le projet de résolution demande également au Secrétaire général des Nations Unies un rapport dans les deux ans « sur les implications sécuritaires des effets néfastes du changement climatique » sur les dossiers gérés par le Conseil et des recommandations sur la façon dont ces risques peuvent être traités.
Selon des sources diplomatiques, la Russie menace depuis plusieurs jours d’utiliser son veto contre ce projet de résolution, selon Agerpres.ro.
« Pour nous, le lien direct entre le terrorisme et le changement climatique est loin d’être évident », a déclaré au Conseil l’ambassadeur de la Russie aux Nations unies, Vasily Nebenzia. Une résolution qui « créera de la confusion et des doublons » avec d’autres forums traitant du réchauffement climatique, a-t-il ajouté, soutenu dans cette position par l’Inde.

« Nous sommes convaincus que chaque pays et chaque région doivent être examinés individuellement. Les approches génériques et mécanistes dans le traitement des causes des conflits détournent l’attention du Conseil de sécurité de la résolution de ces problèmes », a insisté l’ambassadeur russe.
L’approche du Niger a reçu le soutien des États-Unis et de la France, cette dernière parlant d’un « lien évident » car l’accès à l’eau, les pénuries alimentaires et l’insécurité climatique sont des facteurs qui permettent aux « groupes armés de prospérer » en profitant de la vulnérabilité des populations.
L’année dernière, l’Allemagne avait abandonné une résolution similaire en raison de la menace de veto des États-Unis, alors dirigés par Donald Trump. La nouvelle administration de Joe Biden a également soutenu l’initiative du Niger et de l’Irlande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité