MONDE

Impacts de la guerre Russo-Ukrainienne dans le monde : les étudiants africains, réfugiés en France, sommés de quitter le territoire

Tous les étudiants Africains réfugiés venus d’Ukraine ne sont pas la bienvenue en France. Cet état de fait, parce qu’ils sont des Africains et non des Européens Ukrainiens. Ces étudiants Africains réfugiés en France ne peuvent pas rester sur le territoire français, parceque, n’étant pas ukrainien de souche et donc, personnes différentes et à part entière de l’ukrainien, malgré que ces deux types de personnes sont, dans les textes de la déclaration universelle des droits de l’homme, sensés détenir, << sans discrimination d’identité, ni de race >>, les mêmes droits.

En effet, pour le Préfet de l’Ardèche, Thierry Devimeux, dans une interview accordée à une presse locale, les étudiants Africains, ayant fui le conflit pour se retrouver en France ont jusqu’au 20 Mai 2022, pour quitter la France. Ces étudiants sont désormais sommés de partir respectivement dans leur pays d’origine, ou à autres destinations à leur guise, car chez eux, il n’y a pas de guerre. Et étant donné que leur pays d’origine ne se trouve pas en guerre, ils n’ont pas de facto, les mêmes statuts que les Ukrainiens et donc, ne peuvent pas être traités et jouir des mêmes protections juridiques que les exilés ukrainiens.

LNB

En effet, le barre qui blesse est que ces étudiants Africains n’ont pas la nationalité ukrainienne et ne peuvent se prévaloir de cet événement pour prétendre recevoir un titre de séjour exceptionnel accordé aux réfugiés fuyant la guerre. C’est Europe 1 qui s’est penché sur la question et présentement, ces étudiants Africains réfugiés en France par le fait de la providence, à cause de la guerre Russo-Ukrainienne, ne savent plus où se mettre la tête dans cette atmosphère de s’obliger à libérer un territoire où ils ont eu un grain d’espoir de se retrouver d’abord, en attendant de voir la suite, par rapport à leur situation de réfugiés, fuyant la mort. Certains ont atterri à Orléans, en mars, tout au début de la guerre, d’autres à Paris et une dizaine en Ardèche où ils ont été reçus dans un camp de vacances.

Depuis l’annonce du préfet, il faut noter que Certains de ces étudiants ont déjà quitté l’Ardèche pour tenter de trouver d’autres cieux comme refuge. L’Allemagne, la Belgique ou en Espagne sont les prochaines destinations en vue de ces étudiants en espérant décrocher un titre de séjour de ces pays.

Aristocrate Goussikinde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité