A LA UNEPOLITIQUE

Échec du Projet de fusion RLC-FCBE : Hounkpè dit non à Agossa

Échec du Projet de fusion RLC-FCBE :
Hounkpè dit non à Agossa

Après avoir réfléchi à la cour faite par Irénée Agossa depuis un moment déjà, Paul Hounkpè a enfin donné sa réponse par un non, ne voulant pas de Irénée Agossa dans sa vie et ce, parceque les siens n’ont pas voulu de lui. Mauvaise nouvelle donc pour Iréné Agossa, président du parti Restaurer La Confiance (RLC), lui qui souhaitait tant à se marier à Paul Hounkpè pour faire un et un seul pour affronter ensemble les prochaines législatives de janvier 2023.
Mais la question à se poser est que le refus de FCBE à la déclaration de fusionner et d’être ensemble proposée par Irénée Agossa, initiative salutaire vue la nouvelle atmosphère politique en vogue créée par la réforme du système partisan, serait au final dû à quoi ? Problème de positionnement ? Oui, c’est évidemment cela. En effet, la condition préalable posée par le président du parti RLC, Irénée Agossa, est qu’il soit mis comme tête de liste dans la 6ème Circonscription électorale dans les positionnements. Condition que le Bureau politique du parti FCBE n’a pas accepté et su donner son assentiment pour. Le bureau politique de la FCBE n’a donc pas autorisé le Secrétaire exécutif national, Paul Hounkpè d’accepter cette sorte de déclaration qui certainement pour les membres du bureau, paraît ne pas faire leurs intérêts.
La fusion RLC – FCBE, comme annoncée, par Irénée Agossa, voulant emboîter le pas aux partis de la mouvance qui eux, n’hésitent pas à se marier, car ensemble, on est fort dit-on, n’a pas prospéré. Ainsi, notification lui a été faite par le chef de file de l’opposition, Paul Hounkpè par correspondance en date du 30 octobre 2022.
« En réponse à votre lettre dont référence est rappelée ci-dessus en objet, je viens par la présente, porter à votre connaissance que je n’ai pas reçu l’accord du bureau politique de mon Parti quant à votre positionnement personnel sur la liste FCBE dans la 6ème circonscription électorale, tel que vous l’avez exigé comme condition préalable à la poursuite et à la finalisation des discussions relatives au partenariat entre nos deux formations politiques. Ainsi donc, votre première exigence n’étant pas satisfaite, nous avons l’obligation d’en tirer objectivement toutes les conséquences », a répondu Paul Hounkpè à Irénée Agossa.
Faut-il le rappeler, l’initiative de fusion entre RLC et la FCBE, la volonté affichée de RLC à se fondre dans FCBE, avait été annoncée par Irénée Agossa sur tous les toits et à travers plusieurs sorties médiatiques. L’homme politique a clamé ne pas vouloir faire cavalier seul pour ces élections législatives de 2023, condition sine qua non pour atteindre la victoire. Sans un rassemblement des forces de l’opposition, pour Irénée Agossa, ce sera peine perdue et pour lui, ça ne tente pas de se donner à fond et mouiller le maillot pour ce combat en étant seul et de payer une caution aussi importante pour aller échouer banalement. Tirant leçon de son échec à la participation des présidentielles de 2021, doublée des contraintes de installées et instaurées par la réforme du système partisan, il serait suicidaire de projeter faire singleton dans le cadre de ces Législatives à venir. Pour Irénée Agossa, hors de question d’aller à ces législatives seul, sans un regroupement des partis de l’opposition. Maintenant avec le refus du seul en qui il avait espoir de concrétiser son souhait, les autres formations politiques de l’opposition, n’ayant pas adhéré à sa cause, Wate and see quant à ce parti de maintenir sa décision de ne pas participer aux élections en faisant cavalier seul ou tout au contraire, changer de fusil d’épaule et gérer seul sa course en décidant de faire comme ont voulu ses compairs.

Aristocrate Goussikindé.

Après avoir réfléchi à la cour faite par Irénée Agossa depuis un moment déjà, Paul Hounkpè a enfin donné sa réponse par un non, ne voulant pas de Irénée Agossa dans sa vie et ce, parceque les siens n’ont pas voulu de lui. Mauvaise nouvelle donc pour Iréné Agossa, président du parti Restaurer La Confiance (RLC), lui qui souhaitait tant à se marier à Paul Hounkpè pour faire un et un seul pour affronter ensemble les prochaines législatives de janvier 2023.
Mais la question à se poser est que le refus de FCBE à la déclaration de fusionner et d’être ensemble proposée par Irénée Agossa, initiative salutaire vue la nouvelle atmosphère politique en vogue créée par la réforme du système partisan, serait au final dû à quoi ? Problème de positionnement ? Oui, c’est évidemment cela. En effet, la condition préalable posée par le président du parti RLC, Irénée Agossa, est qu’il soit mis comme tête de liste dans la 6ème Circonscription électorale dans les positionnements. Condition que le Bureau politique du parti FCBE n’a pas accepté et su donner son assentiment pour. Le bureau politique de la FCBE n’a donc pas autorisé le Secrétaire exécutif national, Paul Hounkpè d’accepter cette sorte de déclaration qui certainement pour les membres du bureau, paraît ne pas faire leurs intérêts.
La fusion RLC – FCBE, comme annoncée, par Irénée Agossa, voulant emboîter le pas aux partis de la mouvance qui eux, n’hésitent pas à se marier, car ensemble, on est fort dit-on, n’a pas prospéré. Ainsi, notification lui a été faite par le chef de file de l’opposition, Paul Hounkpè par correspondance en date du 30 octobre 2022.
« En réponse à votre lettre dont référence est rappelée ci-dessus en objet, je viens par la présente, porter à votre connaissance que je n’ai pas reçu l’accord du bureau politique de mon Parti quant à votre positionnement personnel sur la liste FCBE dans la 6ème circonscription électorale, tel que vous l’avez exigé comme condition préalable à la poursuite et à la finalisation des discussions relatives au partenariat entre nos deux formations politiques. Ainsi donc, votre première exigence n’étant pas satisfaite, nous avons l’obligation d’en tirer objectivement toutes les conséquences », a répondu Paul Hounkpè à Irénée Agossa.
Faut-il le rappeler, l’initiative de fusion entre RLC et la FCBE, la volonté affichée de RLC à se fondre dans FCBE, avait été annoncée par Irénée Agossa sur tous les toits et à travers plusieurs sorties médiatiques. L’homme politique a clamé ne pas vouloir faire cavalier seul pour ces élections législatives de 2023, condition sine qua non pour atteindre la victoire. Sans un rassemblement des forces de l’opposition, pour Irénée Agossa, ce sera peine perdue et pour lui, ça ne tente pas de se donner à fond et mouiller le maillot pour ce combat en étant seul et de payer une caution aussi importante pour aller échouer banalement. Tirant leçon de son échec à la participation des présidentielles de 2021, doublée des contraintes de installées et instaurées par la réforme du système partisan, il serait suicidaire de projeter faire singleton dans le cadre de ces Législatives à venir. Pour Irénée Agossa, hors de question d’aller à ces législatives seul, sans un regroupement des partis de l’opposition. Maintenant avec le refus du seul en qui il avait espoir de concrétiser son souhait, les autres formations politiques de l’opposition, n’ayant pas adhéré à sa cause, Wate and see quant à ce parti de maintenir sa décision de ne pas participer aux élections en faisant cavalier seul ou tout au contraire, changer de fusil d’épaule et gérer seul sa course en décidant de faire comme ont voulu ses compairs.

Aristocrate Goussikindé.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Reddition de comptes dans la commune d’Abomey-Calavi : AHOUANDJINOU dresse le bilan

Les membres du conseil communal d’Abomey-calavi ont tenu la première séance de...

Après sa sortie de la CEDEAO : Le Burkina menace de quitter l’UA et L’ONU

Le Burkina Faso a annoncé sa volonté de quitter l’Union Africaine (UA)...

Le gouvernement en collaboration avec le FMI et la Banque mondiale : Une table ronde organisée

Le mardi 16 juillet 2024 sera organisée à Cotonou table ronde sur...