A LA UNEANNONCESBéninCOMMUNIQUECULTURE GENERALEEducationPOLITIQUESOCIETE

Deuil au Bénin : Stanislas Adotevi n’est plus (Ancien Ministre de la culture et écrivain émérite)

L’ancien Ministre et écrivain Stanislas Spero kpakpovi Adotevi est passé de vie à trépas ce mercredi 07 février 2024 à l’âge de 90 ans. La nouvelle a plongée le monde intellectuel béninois et même africain dans un deuil assourdissant. Il s’était illustré par ses œuvres littéraires et ses prises de position sur la dignité de l’homme noir.
Spero Stanislas Kpakpovi Adotevi est un philosophe et homme politique béninois né le 04 février 1934 à Lomé (Togo).
Il a été, à l’école normale supérieure (rue d’Ulm), élève du philosophe français Louis Althusser. Il s’est ensuite orienté vers l’anthropologie pour un doctorat et des recherches sur l’impact de la colonisation et les conséquences des pratiques ethnocidaires du système colonial sur le développement des pays en voie de développement et plus spécifiquement l’Afrique. Après sa retraite, il vit à Ouagadougou au Burkina Faso jusqu’à sa mort ce mercredi 07 février 2024.
Stanislas Spero Kpakpovi Adotevi a occupé des postes politiques et administratifs dont ceux de Ministre de l’Information en 1963 et de la Culture entre 1965 et 1968, Directeur de l’Institut des Recherches Appliquées du Dahomey (actuel Bénin), Directeur des Archives Nationales et des Musées. Dans ce cadre, il fut à la Conférence Internationale des Musées, organisée en septembre 1971, par l’ICOM à Grenoble (France), élu Secrétaire Général des Musées Africains.
Dans les années 1970 à Paris, il est professeur de philosophie et à l’Université Paris VII où il participe intimement aux recherches de l’anthropologue français Robert Jaulin, Directeur du département d’anthropologie et d’Histoire des religions. Robert Jaulin et lui, créèrent au cours de ces mêmes années aux Éditions 10/18 de Christian Bourgois (Union Générale des Éditions) une collection nommée « La voix/voie des autres », où furent publiés pour la première fois L’Étrange Destin de Wangrin du sage africain Amadou Hampâté Bâ, ou encore, plus tard, Heremakhonon, premier roman de l’écrivaine antillaise Maryse Condé, et Remember Ruben, roman de Mongo Beti. En un mot, cette collection annonçait déjà les débats actuels sur la diversité. De 1975 à 1979, il est nommé Directeur Régional du CRDI (organisme Canadien de recherche sur le développement). De 1979 à 1981, il est doyen de l’Université des Mutants à Gorée (Centre Internatinal de Rencontre et de Dialogue créé par le Président Léopold Sedar Senghor et le premier Ministre Québécois René Lévesque avec la participation de l’écrivain Roger Garaudy).
En 1981, représentant de l’UNICEF en Haute Volta (actuel Burkina Faso), il deviendra en 1987, Directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre et enfin en 1995, Conseiller spécial du Directeur exécutif de l’UNICEF, à New York.
Stanislas Spero Kpakpovi Adotevi est un intellectuel accompli qui on se souvient avait rétorqué l’académicien Léopold Sedar Sengor, quand ce dernier avait écrit que « l’émotion est nègre ».
Son décès constitue une grosse perte pour le Bénin et pour l’Afrique.
Bénin Espoir s’incline devant sa mémoire et présente ses sincères condoléances aux familles éplorées.

Mick de BADAR

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

L’éphéméride de l’Espoir : Msg Isidore de-Souza

Né le 04 avril 1934 à Ouidah, Isidore de Souza descendant de...

Répression au non-respect du code de la route : L’opération lancée

A partir de ce vendredi 1er mars 2024, une vaste opération de...

Perturbations dans la fourniture de l’énergie électrique : Le Gouvernement prend des mesures

Les populations béninoises notamment les clients de la Société Béninoise d’Énergie Électrique...