A LA UNEPOLITIQUE

Déclaration à la 45è Assemblée Parlementaire de la Francophonie à Abidjan : « L’enjeu aujourd’hui est de faire du Bénin une démocratie plus forte » (L. Vlavonou)

En Côte d’Ivoire pour prendre part à l’Assemblée générale des parlementaires de la Francophonie, qui s’est tenue du 5 au 9 juillet à Abidjan, le président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou a prononcé un discours pour éclairer ses pairs sur la situation socio-politique qu’a traversée le Bénin en raison de la réforme du système partisan. Ce qui a abouti à l’installation de la 8ème législature dans un climat de tension.

Invité par Amadou Soumahoro, président du parlement ivoirien pour participer à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (Apf), la deuxième personnalité de l’Etat a, lors de son intervention, rassuré ses collègues sur la situation sociopolitique au Bénin.

Au cours de cette session, les discussions ont porté sur plusieurs sujets dont l’objectif est de renforcer les liens de coopération entre les deux Parlements.

Expliquant la réforme du système partisan qui a été sujet de vives tensions au Bénin, Louis Vlavonou explique qu’elle est intervenue dans un contexte où il fallait « donner naissance à de véritables formations politiques d’envergure nationale capables de conquérir et d’exercer le pouvoir d’Etat ». Et ainsi mettre fin à plus de 250 partis politiques, nés après l’historique Conférence des Forces Vives de la Nation de Février 1990.

CANAL PLUS

Il rappelle que la 7ème législature où était présente l’opposition et la mouvance ont adopté « de façon massive et consensuelle la nouvelle charte des partis politiques et le nouveau code électoral ».
Pour Louis Vlavonou, on ne peut affirmer dans ce cas que l’opposition a été exclue des élections. 
« Elle les a plutôt boycottées, certainement pour des fins inavouées. Cette opposition disposait de six (06) mois pour se conformer aux nouvelles règles. Ne pas le faire et exiger de revenir à l’ancienne charte à un moment où cela ne pouvait que conduire à un vide institutionnel, relevait d’un complot contre la démocratie béninoise », a-t-il expliqué.

D’après le président de l’Assemblée nationale, ce n’est pas le consensus qui a manqué, mais, « notre capacité intrinsèque à matérialiser le consensus ». Louis Vlavonou pense que « c’est faire du tort à la démocratie elle-même que nos contradictions politiques aient pu dépasser le parlement pour aller s’exprimer dans la rue ». 

« Nous travaillerons autant que faire se peut à ramener ces contradictions politiques, ferment de la démocratie, dans leur sanctuaire légitime qu’est l’Assemblée Nationale », annonce-t-il. 

Selon la deuxième personnalité de l’Etat, « l’enjeu aujourd’hui est de faire du Bénin une démocratie plus forte, une véritable démocratie à la base, et non de façade, capable de nous transformer de l’intérieur et d’impacter positivement les conditions de vie de nos populations qui commencent à désespérer de la démocratie ‘’Nescafé ‘’ ». 

Les observations pertinentes de la grande famille Francophone « nous aideront à ne pas regarder ailleurs et votre confiance en nous nous rassurera », a conclu M. Vlavonou.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité