A LA UNEAFRIQUEANNONCESBéninCOMMUNIQUEECONOMIEMONDEPOLITIQUESecuritéSOCIETE

Crise Bénin-Niger : L’Appel de Robert Dossou (L’ancien Pt de la Cour constitutionnelle condamne la junte nigérienne et suggère la patience)

L’ancien Président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Robert Dossou s’est exprimé le dimanche 26 mai 2024, au sujet de la crise politico économique entre le Bénin et le Niger. Il a condamné fermement l’attitude des militaires au pouvoir à Niamey et invite à la patience les deux parties à la patience.
Me Robert Dossou, ancien Président de la Cour constitutionnelle du Bénin, invité sur une Radio de la place a affirmé sans ambages :« Je vais dire globalement que c’est dommage ». L’ancien Bâtonnier a indiqué que le Bénin n’est pas fautif dans cette affaire. Il renchérit gravement : « Je dis que la faute n’est à la République du Bénin. La faute est aux putschistes ».
Pour mieux se faire comprendre, il rappelle que: « dans l’espace Cedeao, tous les instruments juridiques, toutes les volontés politiques ont convergé à partir de 1990 pour interdire tout putsch. Mais les conjonctures ont fait qu’on a assisté à une éclosion de putsch et les putschistes n’avaient pas comme objectif, un idéal quelconque ». Selon le patriarche: « les putschistes ont fait leurs putschs pour diverses raisons et dans des circonstances variées ». Il souligne que « le putsch du Niger n’était pas tout à fait compréhensible ».
Face à cette résurgence de coup d’Etat, Me Robert Dossou informe que : « les sanctions prises par la CEDEAO sont conformes aux textes même la décision d’une intervention militaire. Il précise que la République du Niger a signé le texte qui a égrené l’ensemble des sanctions à appliquer en cas de coup d’Etat ». Que faire dans la situation actuelle ? Comment faire pour sortir de cette crise, L’éminent suggère que « tous les gouvernements actuels fassent l’effort pour revenir à la plénitude de la démocratie ».
Au sujet du pipeline pour l’écoulement du pétrol brut nigérien, il confie ne pas avoir tous les éléments d’appréciation. Cela dit, dans la crise Bénin-Niger, s’est étonné l’ancien Ministre des Affaires Étrangères m, « je ne comprends pas non plus pourquoi, alors que la CEDEAO a levé les sanctions et a ouvert les frontières, le Niger s’obstine à ne pas ouvrir de son côté ». En justification de son refus d’ouvrir la frontière, la junte dirigée par le Général Tchiani accuse faussement le Bénin d’abriter des bases militaires françaises et de former des terroristes dans le but d’attaquer le Niger. Me Robert Dossou trouve que c’est très grave de dire qu’il y a « des légionnaires étrangers intégrés dans l’armée béninoise pour attaquer le Niger ». « Ça me parait trop gros et ça doit cacher quelque chose que nous découvrirons tôt ou tard », soutient-il. Il formule certaines interrogations qui doivent nourrir les réflexions. « Qui est derrière pour allumer cela ? Pourquoi, c’est allumé ? », se demande-t-il.
Pour la résolution définitive de la crise entre les deux pays frères, il préconise la patience. Il pense que « devant cette situation, il faut être calme et patient ». L’ancien Ministre informe qu’au « Niger à l’heure actuelle, les gens militent pour que ça s’apaise ».

Mick de BADAR

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Municipalité de Cotonou et le Port autonome de Cotonou : Un partenariat concrétisé

La Municipalité de Cotonou et le Port Autonome de Cotonou sont sur...

Législatives en France : Adrien Quaterennens renonce à sa candidature

Le député sortant de La France Insoumise (LFI), Adrien Quatennens, renonce à...

Modernisation des Marchés du Bénin : Le Marché de Cadjèhoun inauguré

Ce samedi 15 juin 3024, le gouvernement a procédé à l’inauguration du...