A LA UNEPOLITIQUE

Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique : Agbénonci fait le point de la participation du Bénin à la TICAD 7

Le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci a tenu un point de presse hier mardi 03 Septembre 2019, sur la participation du Bénin à la 7ème Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique/TICAD 2019 qui a eu lieu du 28 au 30 août à Yokohama, Japon. En présence de l’Ambassadeur du Japon près le Bénin, M. Aurélien Agbénonci a fait le bilan de cette rencontre à laquelle a participé le Président Patrice Talon accompagné d’une délégation.

La participation du Bénin à la TICAD 7 se résume aux différentes décisions prises lors de ce sommet, les activités diplomatiques du Chef de l’Etat et celles de la délégation béninoise.

Selon le chef de la diplomatie béninoise, la TICAD 7 placée sous le thème « Afrique et Yokohama partageant une passion pour le futur » a été un succès.

Cette rencontre a donné lieu à l’adoption de la déclaration de Yokohama 2019 avec un plan d’actions. Elle fait le constat des progrès qui ont été enregistrés ainsi que les défis auxquels l’Afrique est confrontés.
La déclaration met l’accent sur la promotion d’un partenariat renforcé sur trois piliers. Il s’agit entre autres de l’accélération de la transformation économique et l’amélioration de l’environnement des affaires par l’innovation et la participation du secteur privé, la consolidation d’une société durable et résiliente, le renforcement de la paix et de la stabilité.

Selon le ministre ce « sont des actions qui doivent être mises à l’œuvre dans le cadre d’un esprit de continuité qui va s’inspirer de la TICAD 5 et de la TICAD 6 ».

Ledit plan d’actions a identifié également les domaines prioritaires dans lesquels il faut agir. Il cite entre autres, « la promotion de la diversification de l’industrialisation et de la compétitivité, le renforcement de la connectivité et l’intégration à travers les infrastructures, la promotion du secteur privé, le développement du capital humain, l’accélération de la couverture santé universelle et l’amélioration de la nutrition et le renforcement de la résilience au catastrophe naturel et au changement climatique ».
Lors de ce sommet, le Japon a décidé de renforcer un certain nombre d’engagements pris.

Le Pays du soleil levant ambitionne de réaliser plus de vingt milliards de dollars d’investissements privés en Afrique pour les 3 ans à venir.

Pour le Japon, « ces investissements contribueront à l’amélioration de l’environnement des affaires, à la transformation économique à travers les implantations du secteur privé japonais sur notre continent, l’innovation, le développement des infrastructures de qualité, la diversification des économies, le développement de l’économie bleue, l’économie maritime, la meilleure gestion des ports et des ressources halieutiques ».

Le Japon s’est aussi engagé à contribuer à l’amélioration de la qualité de vie et de la croissance économique sur le continent ».

La Conférence a également convenu d’intervenir dans les domaines qui ont connu des progrès significatifs telles que : la lutte contre la pauvreté, l’adaptation au changement climatique, la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption à travers des institutions fortes, l’investissement dans les jeunes, les femmes, la création d’emplois décents, les transferts de connaissance et aussi la prise en compte des aspirations des populations.

‹‹ Au cours de cette grande rencontre, les participants ont abordé l’apport de la diaspora africaine au développement de l’Afrique, mais aussi le renforcement de la stabilité de la sécurité du continent. A cet égard, nous devons reconnaître le consensus qui s’est fait autour du principe suivant lequel les problèmes africains doivent être réglés par les Africains eux-mêmes », a affirmé le ministre des Affaires étrangères. D’après Aurélien Agbénonci, « la coopération entre notre pays et le Japon se passe dans d’excellentes conditions ».

Activités diplomatiques du Chef de l’Etat

ISOCEL TELECOM

Le Chef de l’Etat a profité de cette conférence au Japon pour développer une intense activité diplomatique avec ses pairs. Patrice Talon a rencontré le président du Burkina Faso, du Nigéria, du Niger, du Sénégal, du Mali, et du Togo.

Il a aussi eu un entretien avec le premier ministre japonais. Ce dernier a salué les réformes que le Bénin a entreprises. Patrice Talon en exprimant sa détermination à poursuivre ces réformes ‘’même si elles sont difficiles’’ a fait part au premier ministre des nouveaux axes d’interventions.

Le Ministre des Affaires étrangères souligne que les efforts seront consentis sur l’éducation et la formation professionnelle. La coopération entre le Bénin et le Japon sera désormais concentrée sur ces deux axes. Les composantes prioritaires mentionnées sont : la mise en place d’infrastructures éducatives, d’équipements et d’aides adaptées aux métiers pratiques des stagiaires, la maçonnerie, la soudure, la menuiserie, l’électricité, l’électronique, la mécanique et autres.

En marge de cette conférence, Patrice Talon a échangé avec le vice-gouverneur de la Japan Bank for international cooperation. Accompagnant les investissements dans les pays, la Banque va soutenir le projet de la création d’une usine par une compagnie japonaise privée. Le Chef de l’Etat a accordé plusieurs audiences notamment à la ligue parlementaire d’amitié entre le Bénin et le Japon, à la ligue d’amitié Japon-Afrique, et à diverses personnalités politiques.

En marge de cette conférence, Patrice Talon a rencontré le basketteur bénino-japonais Rui Hachimura, qui évolue en NBA au sein de l’équipe des Washington Wizards.

Le président béninois et les autres chefs d’Etat et de gouvernement ont pris part à une séance de thé au palais impérial. A cette occasion, le président béninois a serré la main au nouvel empereur du Japon.

Les activités parallèles au TICAD7

Selon le Ministre des Affaires étrangères, à travers un symposium organisé mardi 27 août, intitulé « Bénin : Porte d’entrée au marché de l’Afrique de l’ouest », la délégation a exposé les atouts du Bénin aux investisseurs nippons. « C’est un évènement qui nous a permis de présenter aux institutions privées japonaises les opportunités d’investissements dans notre pays », a déclaré M. Agbénonci.

Lors de cette réunion, la délégation a explicité la mise en œuvre des réformes et l’amélioration du climat des affaires au Bénin.

Aussi, des panels d’échanges ont-ils été organisés avec des investisseurs japonais dans le but de faire connaître le Bénin.

Le Ministre des finances Romuald Wadagni a procédé à la signature d’un mémorandum d’entente entre le Bénin et une société japonaise pour la construction d’une usine textile intégrée, destinée à la transformation de la production cotonnière locale. La ministre Aurélie Adam S. Zoumarou a aussi participé à la table ronde sur l’économie numérique dont l’objectif était de définir les axes de coopération entre le Japon et l’Afrique sur les questions relatives à l’économie numérique. Elle a également eu plusieurs rencontres avec des responsables du domaine numérique.

Pour le Ministre Aurélien Agbénonci, la TICAD reste une initiative qui répond aux besoins de diversification des partenaires de l’Afrique. D’après lui, les projets du Programme d’Actions du gouvernement béninois sont en convergence avec la plupart des sujets évoqués lors de ce sommet.

Il n’a pas manqué de remercier l’ambassadeur du Japon près le Bénin pour le travail fait avant le départ de la délégation pour la TICAD 7, afin d’assurer une bonne participation du Bénin à cette conférence.

La TICAD avait lieu tous les 5 ans mais depuis 2013, elle est organisée tous les 3 ans.

La TICAD 8 aura lieu en Afrique et le Bénin comme plusieurs autres pays a manifesté son intérêt à l’abriter.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité