A LA UNEBéninElectionsPOLITIQUE

Audience à la Cour Constitutionnelle : Saley confond Souwi

La cour constitutionnelle statue depuis hier sur plusieurs recours dont celui de l’Honorable SOUWI par rapport à sa requête de savoir l’usage fait de son formulaire de parrainage.
Les sept sages de la cour constitutionnelle se sont retrouvés dans la journée d’hier face aux recours formulés contre le Parti Union Progressiste au sujet du parrainage à l’élection présidentielle d’avril prochain par la candidate Reckya Madougou et le député Souwi.

LNB

Sur le recours du député Souwi, les honorables Orden ALLADATIN et Issa SALIFOU ont exposé les faits à la cour présidé par Me Joseph Djogbénou. Et le linge sale qui devait se laver en famille, est sorti dans la rue pour les plaisir de certains agitateurs qui profitent pour jeter l’huile sur le feu.
En effet, tout en confondant leur collègue Souwi, Alladatin et Saley se lavent les mains dans cette affaire avant d’enfoncer le clou en surfant sur l’illettrisme et l’instabilité chronique du député Souwi qui dans cette affaire est entrain de cracher dans la soupe.
Souwi après le retrait de sa fiche de parrainage, s’est fait aider et aurait ” rempli sa fiche de parrainage en faveur du candidat Patrice TALON.”, apprend-on. Par ce déballage qui viole la confidentialité du parrainage, l’histoire retiendra que Souwi a parrainé le Président Patrice Talon. Avec son visa en faveur du duo Talon-Talata, celui-ci aurait déposé sa fiche à la direction administrative de son parti.
Dans son intervention, Issa SALIFOU se dit très étonné d’entendre son collègue “sur les réseaux sociaux faire des déclarations tapageuses et mensongères” avec des propos qui prouveraient qu’il aurait joué un rôle dans l’histoire; d’où sa citation.
Au demeurant, « il est clair que le député Ahmed AFFO OBO TIDJANI était allé lui même sans être contraint déposer sa fiche de parrainage au siège de son parti » . C’est l’essentiel à retenir des diverses interventions sauf celle de Souwi qui clame le contraire et confond tout et tous. Dans son entêtement, la cuisine du parrainage interne aux élus et candidats aux présidentielles est devenue la soupe populaire, choux gras des détracteurs de la mesure.
Il donne de l’eau aux moulins de certains qui pensent que les élus de la mouvance n’ont pas été libres dans l’acte de parrainage.
De cette journée à la cour constitutionnelle, on peut déjà retenir le rejet des recours majeurs sur la suppression du parrainage. Ces recours avaient été adressés par le député Affo Tidjani alias Souwi et la candidate du parti « Les Démocrates ».

Charles Christel ADOMASSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité