A LA UNE

Violence en plénière à l’Assemblée nationale du Sénégal : He Massata Samb gifle He Amy Ndiaye

Violence en plénière à l’Assemblée nationale du Sénégal :
He Massata Samb gifle
He Amy Ndiaye

Les images ont fait le tour des télévisions et des réseaux sociaux : en pleine session, le député Massata Samb du parti PUR, membre de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi se dirige résolument vers Amy Ndiaye et lui assène une gifle. « Sortez-le », lance le président de l’Assemblée. C’est la cohue, Amy Ndiaye réplique en lançant une chaise et un autre élu lui administre un coup de pied dans le ventre. Alors que la députée est enceinte, selon ses collègues. Après une reprise de la session, la députée fait un malaise et est évacuée de l’hémicycle. De très nombreuses réactions d’indignation après cette violence contre une députée jeudi 1er décembre 2022 à l’Assemblée nationale du pays de Macky Sall. Amy Ndiaye, de la majorité présidentielle, a été giflée par l’élu de l’opposition, Massata Samb du parti PUR, membre de l’opposition. La séance, consacrée au budget du ministère de la Justice, a été automatiquement suspendue. Des parlementaires ont ensuite échangé des coups de poing dans la cohue.
Et toute cette scène macabre et ce vacarme en raison de propos polémiques et controversés portés sur un chef religieux membre de l’opposition. Amy Ndiaye est accusée par l’opposition d’avoir manqué de respect à ce marabout lors d’une intervention à l’Assemblée, l’accusant notamment de ne pas tenir sa parole et de manquer de respect au président Macky Sall. La séance a été interrompue. << Nous ne n’accepterons plus que les séances continuent tant que cette dame continue d’être présente (à l’Assemblée) et tant qu’elle n’aura pas présenté ses excuses >>, a déclaré le député de l’opposition Abba Mbaye sur une télévision.
La tension était montée ces derniers jours dans l’hémicycle, où majorité et opposition sont désormais au coude à coude. Dimanche, une altercation déjà avait agité l’Assemblée, après des propos d’Amy Ndiaye contre le chef religieux Serigne Mustapha Sy, membre de l’opposition qui n’est pas député mais est très influent au Sénégal. En langue wolof, elle l’avait notamment accusé de ne pas tenir sa parole. Une « provocation », selon la coalition Yewwi Askan, Wi qui avait exigé des excuses publiques.

Aristocrate Goussikindé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *