AFRIQUEHistoireMONDESOCIETE

Révélation : Le dernier esclave arrivé aux USA est un béninois, voici son histoire

Le dernier survivant connu des navires négriers transatlantiques, amené aux Etats-Unis en 1860, a été identifié par une chercheuse de l’Université de Newcastle.

Sally Smith a été enlevée dans un village de l’actuel Bénin, en Afrique de l’Ouest, par des marchands d’esclaves. Cette esclave a vécu jusqu’en 1937 en Alabama. Sally Smith est restée en Alabama pendant plus de 70 ans dans la plantation où elle servait comme esclave. La chercheuse Hannah Durkin a pu découvrir l’existence et l’histoire de cette dernière esclave dans des comptes rendus de première main et des dossiers de recensement.

Jusqu’ici le dernier esclave qui était arrivé aux Etats-Unis était un homme mort en 1935. Le Dr Durkin, dont les recherches ont été publiées dans la revue « Slavery and Abolition », dit qu’il semble presque « choquant » que son histoire soit si proche de notre époque.

Enlevé à 12 ans

Sally Smith qui s’appelait à l’origine Redoshi, a été enlevée par des marchands d’esclaves en 1860 dans un village de l’actuel Bénin. Le Dr Durkin pense qu’elle avait 12 ans lorsqu’elle a été transportée sur l’un des derniers navires négriers à se rendre aux États-Unis, avec plus de 100 autres hommes, femmes et enfants. Elle a été achetée par un banquier et propriétaire de plantation de l’Alabama et a reçu son nom de famille, Smith. Bien que l’esclavage ait été aboli cinq ans après son arrivée aux Etats-Unis, Redoshi a continué à travailler dans le même domaine, vivant avec son mari, qui avait également été enlevé dans la même région d’Afrique de l’Ouest. Le couple avait eu une fille. Les chercheurs affirment qu’elle est restée dans cette même plantation pendant plus de 70 ans après la fin de l’esclavage – et qu’elle a été la dernière personne connue qui a fait le passage forcé depuis l’Afrique.

ISOCEL TELECOM

Voix perdues

M. Durkin dit que certains détails de l’histoire de Redoshi ont été enregistrés au XXe siècle, lorsque des historiens et des militants des droits civiques ont commencé à documenter les expériences de personnes amenées d’Afrique en esclavage. En rassemblant les morceaux de l’histoire et en les comparant avec le recensement et les documents publics, le Dr Durkin a découvert que Redoshi avait vécu à Selma, en Alabama, jusqu’à sa mort, à l’âge de 89 ou 90 ans environ. Il y aurait d’anciens esclaves qui auraient vécu plus tard, comme ceux qui sont nés esclaves, mais aucun de ceux qui ont été enlevés en Afrique n’est jusqu’ici connu pour avoir vécu plus tard que Redoshi.

Redoshi a eu une enfance paisible avant d’être capturée par des membres d’une autre tribu locale et amenée à des marchands d’esclaves. Elle a subi le régime esclavagiste fait de « coups », de « coups de fouet » et de « meurtres », mais, d’après les recherches du Dr Durkin, elle a su faire preuve de résistance, en transmettant une partie de sa langue natale à sa fille et en conservant sa culture et son identité africaines.

Source : Internet

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité