MONDE

Réélection de Macron à la tête de la France : Les attentes des anti Françafrique

Avec 58,54 % de suffrages, Emmanuel Macron devient le premier président à se faire réélire à la tête de la grande métropole ”France”, depuis Jacques Chirac en 2002. N’est ce pas là une aubaine pour Monsieur Macron, en matière d’image..! Sur ce point, Macron à vraiment frappé fort en battant sa colistiere Marine Le Pen, 41,46% pour cette dernière. Mais, cette image ne devrait pas être rehausser qu’en France. Il faut que Macron, à travers sa réélection, puisse rehausser son image, par la politique qu’il mènera désormais, vis-à-vis de l’Afrique, c’est ce qu’estiment bon nombre d’Africains. Suite à cette réélection d’Emmanuel Macron, plusieurs capitales africaines ont en effet, réagi, saluant pour la plupart la victoire du président français. Mais, il n’y a pas que des enthousiastes. Beaucoup soulignent que les attentes sont nombreuses sur le continent par rapport à cette réélection de Macron et ont émis le vœu cher qu’avec Macron 2, que la France quitte une bonne fois pour toute et définitivement avec sa politique de Françafrique à l’égard du continent Africain.
Les réactions en Afrique, comme dans le reste du monde coulent à foison et ne sont rien d’autre que des félicitations adressées au réélu.

Suite à la réélection d’Emmanuel Macron, plusieurs capitales africaines ont réagi, saluant pour la plupart la victoire du président français.
Ça doit cesser et ce, à jamais cette mani de la France à vouloir toujours se mêler dans les politiques internes des États Africains. À partir de l’organisation des élections à l’intérieur des États, en passant par le pillage des ressources des Etats Africains et pour combler le tout, la naissance de foyers de tensions un peu partout dans ces États. C’est ce qu’atend l’Afrique vis-à-vis de cette réélection de Macron. Les véritables attentes de l’Afrique concernant sa relation avec la France, à travers le réélu, est que, par lui enfin, et par son entremise, que l’Afrique puisse à jamais souffler et respirer du bon air de l’Afrique pure et non de la Françafrique. La France Macroniste doit rompre définitivement avec la politique de la Françafrique, pratiquée par ses prédécesseurs dépuis des lustres. Lui, doit changer maintenant la donne en montrant réellement que la France a grandit et mûri pour ne plus pouvoir s’accrocher et se replier à tout moment comme un bambin derrière son petit frère Afrique.
Oui, il faille que la France, à travers son nouveau réélu qui conduira à nouveau pour cinq autres années, sa destinée, montre qu’elle peut se débrouiller effectivement toute seule dans la vie en laissant tranquille son petit l’Afrique. Si la France Macroniste pouvait comprendre pour une bonne fois que l’Afrique n’est pas pour elle, une ville , ni une province encore moins un quartier ou une rue, ce sera une véritable révolution positive dans les relations France et l’ensemble du continent Africain. Ce ne sera d’ailleurs plus Françafrique, mais désormais, Bénin-France ou Togo-France, ou encore Gabon-France etc. C’est la véritable attente, la plus chère qu’attend l’Afrique à la réélection de Macron à la tête de cette France collante.

LNB

La France, par Macron 2 doit tout faire et se battre pour changer ses politiques à l’égard de l’Afrique, Afrique qu’elle a décidé de ne jamais laisser en paix, malgré toutes les peines déjà subies depuis des lustres, par cette même France, à travers l’esclavage, la colonisation, les foyers de tensions etc. Cette France, manifestement, ne veut pas se détacher et évoluer seule en prenant son chemin à part, et coller une fois pour toute la paix à son petit frère Afrique. Le petit frère a décidé et veut de toute son âme, faire chemin à part, mais pourquoi ce grand frère ” SUPER GLUE ” a du mal à vouloir se détacher de ce petit frère, qui lui proclame et lui chante aux oreilles tout le temps qu’il ne veut plus, le voir coller à lui et à avoir toujours son front mêlé à ses affaires internes. La politique qui consiste pour cette France à toujours avoir son nez pointu dans les affaires internes des États Africains, sans pouvoir les laisser souffler un temps soit peu.

<< Il faudrait que la France puisse maintenant faire rayonner la démocratie et les respects des droits de l’homme en Afrique, sans pour autant s’impliquer dans une politique françafricaine comme ça a été le cas, et c’est ce que nous avons toujours dénoncé. Que la rhétorique qui consiste à dire que la Françafrique est finie s’applique quand il s’agit de faire respecter cette démocratie en Afrique. Il faut absolument que la France aujourd’hui soit derrière les clubs africains, qui se battent pour l’application des règles démocratiques qui sont des règles universelles, et pas de collision avec les dictatures comme c’est le cas à chaque fois. Même Macron a montré pendant son premier mandat qu’il n’était pas en rupture avec la Françafrique. Au Tchad, c’est Macron qui est venu adouber le fils du dictateur qui a bâillonné la démocratie. Alors, s’il prend conscience de ce qui est en train de se faire au niveau géopolitique, je pense qu’il va falloir qu’il change de mode opératoire en Afrique >>, a déclaré Marc Ona, figure de la société civile gabonaise et président du mouvement citoyen Tournons la page International, demandant à la France Macroniste 2 de soutenir les Démocrates à l’interne des États Africains, au lieu d’être un couteau à double tranchant pour elles.

<< Je pense qu’il faudrait que la France ait désormais une politique africaine beaucoup plus lisible, beaucoup plus attendue. Nous souhaitons des démocraties, nous souhaitons des relations complètement décomplexées, et ne pas avoir une vérité dans un pays et une contrevérité sur une même situation dans un autre pays. Le coup d’État au Tchad qui est accepté, ailleurs en Afrique non accepté, des Constitutions bafouées sans que la France ne trouve à y redire. Contrairement aux États-Unis, qui ont une position claire aujourd’hui quand il s’agit de l’Afrique. Je ne pense pas qu’Emmanuel puisse le faire, je pense qu’il doit le faire, s’il veut conserver des bonnes relations avec l’Afrique et surtout avec les générations à venir >>, a déclaré Jean-Louis Billon, ancien ministre ivoirien et secrétaire exécutif du PDCI (le parti de l’ancien président Henri Konan Bédié), espérant une collaboration de l’Afrique avec la France Macroniste basée plus sur les intérêts de l’Afrique, et non sur les anciennes pratiques.

Aristocrate Goussikinde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité