A LA UNEPOLITIQUESOCIETE

Présidentielle de 2021 au Bénin : Nécessité de Talon II

(Dixit Moukaram A.M. BADAROU)

Au détour d’une rencontre avec Moukaram A. M. Badarou, ancien Président du Parti Conscience Citoyenne et membre fondateur du Parti Union Progressiste scrute l’actualité nationale. En ligne de mire, la présidentielle d’avril 2021, où sans ambages, il prédit la victoire de Patrice Talon.

«Patrice Talon, c’est en effet un écran vierge sur lequel les béninois ont projeté leurs propres aspirations et rêves en 2016. A ce stade de son mandat teinté de réformes, il est trop tôt pour annoncer la mise à la retraite de tous ces chantiers et espoirs. La nécessité de Talon II s’impose au peuple béninois. ». C’est ainsi que l’ancien Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau résume sa vision de la gestion du pouvoir d’Etat de l’actuel Président de la République. Convaincu que ce serment n’a pas été brisé par le chantre du nouveau départ, il croit en l’homme pour garder le cap de la continuité. « Élu sur la base d’un projet de société axé sur des réformes, Patrice Talon n’a pas manqué à son engagement. Depuis son arrivé, aucun secteur n’a été épargné de réformes et les résultats sont désormais visibles. Des infrastructures au domaine agricole en passant par la restauration de l’autorité de l’état, la sécurité, l’éducation nationale, la justice, l’administration territoriale, la diplomatie, la santé, le système partisan, la dématérialisation dans l’administration, la culture, le sport et le tourisme, les efforts et changements positifs sont visibles. » nous a confié l’homme connu pour sa rigueur dans la gestion de la chose publique. Il poursuit en disant : « Si lors des élections présidentielles de 2021, les béninois acceptent de poursuivre avec la politique qui se mène actuellement, ils auraient donné des chances à l’aboutissement des nombreux chantiers ouverts »

LNB

En réponse à l’opposition qui, à quelques mois des élections ne propose rien aux béninois à part « tout sauf Talon », il affirme que l’actuel locataire du Palais de la Marina n’aura pas besoins d’alliance électorale pour rempiler en 2021 parce que les populations touchent depuis du doigt ses réalisations dans tout le Bénin. En effet, Moukaram A.M. Badarou juge que l’heure est venue pour rompre définitivement avec la ligne du sous-développement et de la pauvreté afin de repositionner franchement et définitivement le pays sur le droit chemin qui n’est autre que celui d’un « Etat qui construit des routes, des centres de santé, des marchés modernes, des ports et aéroports, qui par ses réformes assainit la justice, les finances publiques,(…) qui veille aux microcrédits et au social pour les femmes et des couches vulnérables, qui favorise l’accès à l’eau potable et à l’électricité, qui veille à la sécurité des personnes et des biens dans un espace caractérisé par la montée du terrorisme… De 2016 à ce jour, Talon n’a cessé de poser les socles du développement dans tous les secteurs. » estime l’auteur de l’opuscule « Prioriser la République ».

En cette période sensible, il invite tous les acteurs politiques de la mouvance comme de l’opposition à un grand sens de responsabilité pour des élections apaisées en 2021. « Ne pas être au rendez-vous de l’esprit de compromis et de l’ambition, c’est prendre le risque de revenir à des moments plus difficiles et (…) qu’au final ça coûte plus cher au peuple béninois et avec plus de fractures ». Le compromis dont parle l’ancien Préfet est adressé à toutes la classe politique et la société civile, et l’ambition à tous les béninoises et béninois où qu’ils soient.

A la prochaine présidentielle, le Bénin se retrouve à la croisé des chemins et le peuple béninois est appelé à faire un choix judicieux: celui de la continuité a indiqué Moukaram A.M.Badarou. Pour lui, avec l’actuel Président de la République, nous pouvons aller à terme des différentes réformes engagées et maintenir le cap de la réalisation de grands projets pour le pays. Il termine l’entretien en invitant les béninois à ne pas se laisser distraire et réaffirme avec l’air grave d’un convaincu que Talon II s’impose.

 

Charles Christel ADOMASSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité