CoronavirusMONDESANTE

Le coronavirus est transmissible par voie aérienne, selon les scientifiques

Des centaines de scientifiques ont affirmé que le Coronavirus est aéroporté et ont appelé l’organisme de santé mondial à réviser ses recommandations, a rapporté le New York Times.

L’OMS a déclaré que le coronavirus ou Covid-19 se propage principalement par de grosses gouttelettes respiratoires, qui, lorsqu’elles sont expulsées par des personnes infectées par la toux et les éternuements, tombent à la surface. Ainsi, l’OMS a recommandé le lavage des mains comme stratégie de prévention primaire, car nos mains peuvent entrer en contact avec de telles surfaces. Dans sa dernière mise à jour du 29 juin, l’OMS a déclaré que la transmission du virus par voie aérienne n’est possible que lors d’interventions médicales, produisant des aérosols ou des gouttelettes inférieures à 5 microns. De telles procédures incluent l’intubation trachéale, la ventilation non invasive et la trachéotomie, entre autres, et seuls les travailleurs de la santé sont exposés à ce risque, selon l’OMS.

Cependant, dans une lettre adressée à l’OMS, 239 scientifiques de 32 pays ont affirmé que le coronavirus est aéroporté et donc peut se transmettre dans l’air à n’importe qui. Le Dr Benedetta Allegranzi, responsable technique de l’OMS pour la lutte contre les infections, a toutefois déclaré que les preuves que le coronavirus est aéroporté ne sont pas convaincantes. « Surtout au cours des deux derniers mois, nous avons déclaré, à plusieurs reprises, que nous considérions la transmission aéroportée comme possible, mais certainement pas étayée par des preuves solides ou même claires », a-t-elle déclaré.

LNB
« La toux et les conversations génèrent des aérosols »

Début avril, un groupe de 36 experts, sur la qualité de l’air et les aérosols, a exhorté l’OMS à prendre en compte les preuves de plus en plus nombreuses de la transmission aérienne du coronavirus. L’agence a appelé Lidia Morawska, chef du groupe et consultante de longue date de l’OMS, pour organiser une réunion. Lors de la réunion, le Dr Morawska et d’autres personnes ont signalé plusieurs incidents, qui indiquent une transmission aérienne du virus, en particulier dans des espaces intérieurs mal ventilés et surpeuplés. Ils ont déclaré que l’OMS faisait une distinction artificielle entre les minuscules aérosols et les grosses gouttelettes, même si les personnes infectées produisent les deux. Que ce soit à travers de grosses gouttelettes qui volent dans l’air après un éternuement, ou des gouttelettes expirées beaucoup plus petites qui peuvent glisser sur toute la longueur d’une pièce, les experts disent que la Covid-19 est transporté par l’air et peut infecter les personnes lorsqu’il est inhalé.

Les résultats pourraient signifier que les gens peuvent être tenus de porter des masques à l’intérieur, même dans les milieux où des mesures de distanciation sociale sont appliquées. Cela s’applique en particulier dans les zones surpeuplées avec une mauvaise ventilation. Les chercheurs ont déclaré au média que le comité de prévention et de contrôle des infections de l’OMS, en particulier, est lié par une vision rigide et trop médicalisée des preuves scientifiques. Ils ont noté que le comité est lent et peu enclin à prendre des risques pour mettre à jour ses directives. Cependant, l’agence de santé maintient toujours que les preuves du virus en suspension dans l’air n’étaient pas convaincantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité